bishopraz

Alan Wake

Messages recommandés



Attendues par tous les fans, et ils sont nombreux, des deux Max
Payne, les aventures d'Alan Wake prennent leur temps et c'est peu de le
dire ! Après des mois d'absolu silence, les développeurs finlandais de
Remedy ont cependant profite de l'E3 2009 pour se rappeler a notre bon
souvenir au travers d'une présentation, certes non-jouable, mais
suffisamment longue pour nous donner une bonne idée du jeu et une
sacrée envie d'en savoir encore et toujours plus ! Direction Bright
Falls, direction Alan Wake...


Syndrome de la feuille blanche...

Histoire de
rafraichir la mémoire des moins attentifs des journalistes, les
développeurs de Remedy ont débuté leur présentation par une rapide «
remise en contexte » et, pour les moins assidus d'entre-vous, nous
allons donc faire de même. Ecrivain à succès, Alan Wake semble avoir
perdu le « feu sacre » et sa femme, Alice, a donc décidé de l'emmener
en vacances loin du stress des grandes villes. Le repos un peu force de
notre pauvre Alan se fera donc dans la petite bourgade de Bright Falls
ou les choses ne tardent cependant pas à tourner au désastre. Le
cauchemar d'Alan débute par la disparition de sa femme et, très vite,
la découverte de pages d'un manuscrit qu'il ne se souvient même pas
avoir écrit complique encore les choses.







Ces pages, d'abord obtenues un peu par hasard, ont effectivement la
fâcheuse tendance à décrire des événements qui ne tardent pas à se
réaliser... L'histoire contée dans ce manuscrit étant plutôt de nature
horrifique, on se doute qu'une telle découverte n'est pas faite pour
rassurer le pauvre Alan Wake. Malgré sa nature hautement dépressive,
notre héros ne se démonte cependant et se décide même à découvrir le
fin mot de cette histoire afin de retrouver la trace de sa femme.
Hélas, plus il avance et plus les choses semblent se compliquer,
l'arrivée de créatures comme « issues des ténèbres » étant en quelque
sorte le clou d'un spectacle où la vie de tous les habitants de Bright
Falls est maintenant en danger.




Du côté du joueur, cette montée en puissance très progressive de
l'histoire ainsi que l'aspect prémonitoire des pages du manuscrit sont
autant d'éléments permettant la mise en place d'une ambiance toute
particulière. Teintée d'horreur, mais jouant surtout sur l'imaginaire
du joueur, cette ambiance encore plus intéressante que celle distillée
par la série Max Payne. Alan Wake doit donc être vu comme une sorte de
thriller encore plus psychologique que les aventures de notre flic
préféré... Limitée à une petite vingtaine de minutes, la présentation à
laquelle nous avons assisté, nous a également permis de juger de la
qualité de la réalisation d'ensemble.




Une réalisation qui n'est pas seulement là pour épater la galerie, mais
qui apporte vraiment quelque chose au scénario, au procédé narratif
adopté par les développeurs. La musique est tour à tour mystérieuse,
inquiétante et oppressante alors que l'aspect graphique des choses se
focalise sur les jeux de lumière et l'utilisation des ténèbres pour
intriguer le joueur. Ainsi, durant toute la présentation, nous avons pu
apprécier combien l'outil « lampe-torche » est important. Il permet
bien sûr de voir quelque chose dans ce monde on ne peut plus obscur,
mais il permet surtout d'affronter les adversaires pour le moins
énigmatiques que l'on rencontre un peu partout dans Bright Falls.




Personnages en ombres chinoises, les ennemis d'Alan et des autres
habitants de la ville comme l'infortuné Rusty, les ennemis sont comme
entourés par un « bouclier de ténèbres ». Un bouclier que l'on est
obligée de percer en pointant la lampe-torche sur eux avant de les
envoyer ad patres
avec une arme à feu plus classique. Pire encore, Alan Wake peut être
confronté directement aux « forces des ténèbres » qui ne manqueront pas
d'animer différents objets pour gêner sa progression... jusqu'à
l'activation d'engins plus impressionnants les uns que les autres pour
attaquer notre héros. Durant la présentation, nos hôtes ont ainsi tenu
à nous montrer un bulldozer en pleine action !


Lorsqu'il est confronté à ce genre de situations, Alan Wake peut
heureusement compter sur son pistolet de détresse. Celui-ci est capable
de lancer des fusées de signalisation pour éclairer une large zone et
ainsi maintenir à distance les ennemis, mais aussi pour directement
mettre hors d'état de nuire les créatures les plus puissantes. Dans
certains cas, Alan pourra également prendre le volant de certains
véhicules afin de rejoindre des lieux éloignes et alors profiter de la
puissance des phares pour se frayer un chemin. Nos hôtes ne se sont pas
attardés sur ces séquences de conduite et impossible donc de connaitre
leur importance dans le jeu ou de savoir si d'autre véhicules seront de
la partie.








De manière générale, les développeurs de Remedy n'ont pas souhaité
répondre à beaucoup de questions et de nombreux points sont encore à
préciser, notamment en ce qui concerne la structure narrative du jeu
qui devrait reprendre un découpage en chapitres qui fonctionnent comme
autant d'épisodes d'une série télévisée avec, bien sûr, son lot de cliffhangers.
En l'état, Alan Wake est extrêmement prometteur. L'utilisation de
l'obscurité et des jeux de lumière nous a déjà convaincu, même si nous
regrettons deux choses : le fait qu'Alan Wake ne semble pas prévu avant
le printemps 2010 (que les mois vous être longs) et que la version PC
ne soit plus en tête de liste des préoccupations des développeurs.
Remedy se focalise effectivement sur la mouture 360.























Source : JEUXVIDEO.FR

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites