HamtarONCH

Bien choisir son casque

Messages recommandés

Je suppose que beaucoup d'entre vous le savent deja mais pour une novice comme moi j'ai trouvé cet article important:


Il est tentant, aux beaux jours, de délaisser son intégral pour un casque plus léger, plus aéré et plus convivial. Le jet est une bonne alternative à condition de garder à l’esprit sa moindre protection faciale.
A l’instar de n’importe quel casque, un jet s’essaye impérativement avant achat. Réservez donc la vente en ligne ou en VPC à des accessoires moins importants en termes de sécurité.

Bien choisir son casque jet

A fond la forme : Même s’il est légitime de soigner son look, un jet se doit d’être choisi sur des critères autrement plus sérieux. Le confort a une incidence directe sur le plaisir de rouler. Un jet étau transformer chaque trajet en supplice et empêche de se concentrer à 100 % sur la conduite.

Chaussez le jet et bouclez sa jugulaire. Une fois en place, il doit bien maintenir votre visage sans le comprimer pour autant. Les mousses intérieures se tassent avec le temps. Ample à l’achat, il deviendra trop lâche au fil des mois pour vous protéger convenablement. La forme du calotin doit aussi correspondre à votre morphologie. Gardez le casque quelques minutes sur la tête - aucune douleur ne doit apparaître au front - et n’hésitez pas à multiplier les essais de tailles et de marques différentes.

Tenir tête : Le risque de déchaussement est plus important avec un jet qu’un intégral. Ne vous contentez pas de la présence de l’étiquette d’homologation (22-05) et vérifiez ce point par vous-même (voir « Mal vu »). Casque attaché, saisissez l’arrière de la calotte à sa base et essayez de le retirer en le faisant basculer vers l’avant. Si vous y parvenez, passez votre chemin. Les petites tailles (femmes et enfants) doivent redoubler de vigilance.

Certains jets disposent d’une visière pare-soleil (type casquette). Trop longue, sa prise au vent provoque des mouvements de tête intempestifs susceptibles de troubler la vue. Si votre position de conduite est allongée, la visière risque de limiter votre champ de vision en hauteur. Optez pour une visière démontable (sans outils) pour les jours de grisaille et assurez-vous de la présence de vis destinées à masquer ses points de fixation.

Plus sûr : La longueur de l’écran doit faire l’objet d’un examen attentif. Trop court, il génère des remous et n’offre pas un rempart suffisant aux poussières, gravillons et insectes. De plus, en cas de glissade, il constitue l’unique protection de votre visage ; à ne pas négliger.

L’un des atouts du jet est d’offrir un meilleur champ de vision latéral que bien des intégraux. Un argument en faveur de la sécurité, mais à vérifier tout de même.
Pratique : Le démontage-remontage rapide et facile de l’écran (sans outil) est un avantage réel. Ainsi, vous n’hésiterez pas à le nettoyer aussi souvent que nécessaire. Des mousses intérieures démontables facilitent leur lavage, surtout si elles passent en machine. Autre avantage enfin, pour les vacances, la plupart des jets permettent d’être enfilés sans ôter ses lunettes de soleil ou de vue.

QUESTION DE SECURITE
L’absence de mentonnière ne permet pas au jet de rivaliser avec l’intégral ou le modulable en termes de sécurité. Pour autant, son port n’est pas l’apanage des inconscients. Il faut par contre limiter son usage aux balades sur départementales ensoleillées plutôt qu’à l’autoroute (vitesse) ou à la ville (nombreux obstacles). Côté homologation, les jets subissent les mêmes tests d’absorption d’énergie que les intégraux. En revanche, les minimalistes casquettes (mâchoire très exposée) ne sont plus homologuées. À oublier.

A retenir...
•Le confort d’un jet est très appréciable en été.
•Sa moindre protection faciale impose par contre d’en limiter l’usage à certains trajets.
•Sa capacité à absorber l’énergie d’un choc est identique à celle d’un intégral.
•Le prix et le matériau (fibre ou polycarbonate) influent sur le confort et non sur la protection.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aussi vital qu’obligatoire, un intégral ne se choisit pas sur d’uniques critères esthétiques. Sécurité et confort doivent primer.

Bien choisir son casque integral:

LES MATERIAUX
Polycarbonate ou fibre ?
Vieux débat dans les chaumières motardes. L’avantage du polycarbonate : un prix plancher. Celui de la fibre : un poids généralement contenu. Mais côté sécurité, aucun des deux matériaux ne peut se prévaloir d’une quelconque supériorité. Nous avons déjà découvert en labo d’excellents polycarbonates et de piètres fibres, et inversement. Se croire mieux protégé dans un fibre que dans un polycarbonate est donc une légende. La mauvaise réputation des polycarbonates provient des toutes premières générations de casques en ABS qui voyaient leur capacité d’absorption diminuer sous l’effet des UV et des hydrocarbures. Les vernis modernes ont définitivement résolu ces problèmes.

TROUVER EN MAGASIN :
Un casque s’achète en magasin et non par correspondance. Le chausser est en effet impératif pour s’assurer que la forme du calotin correspond à la morphologie de votre crâne (une taille peut convenir dans une marque et pas dans une autre). Il en va de sa sécurité. Faute de pouvoir juger à l’œil de la protection (voir nos comparatifs), concentrez-vous sur les points suivants :

SECURITE.

Taille : Un intégral est à votre taille lorsqu’il vous maintient bien le visage sans le comprimer pour autant. Une fois chaussé, maintenez-le fermement. Votre tête ne doit pas pouvoir tourner à l’intérieur.

Boucle : Les systèmes « automatiques » offrent l’avantage de la rapidité. Mais un anneau de réglage doit être présent et montrer son efficacité (jugulaire détendue, un casque protège moins bien). La double boucle garantit un serrage optimal à chaque déplacement.

Vision : Veillez à la bonne vision latérale (contrôle des angles morts) et à la possibilité de glisser les lunettes de vue ou de soleil.
Homologation (sur l’étiquette intérieure) : Les deux premiers chiffres indiquent le n° de la norme : 05 (norme 22-05), la plus récente ; ou 04 (norme 22-04), etc. La première indique que des tests ont aussi été menés sur la mentonnière. Dernière précision, un casque vieillit très bien au-delà de 5 ans. Inutile de le changer si son état ne l’impose pas.

CONFORT.

Jugulaire : Gainée de velours, elle sera plus confortable. Les gainages skaï craquellent avec le temps et irritent la peau.

Écran : Préférez-le à démontage sans outils pour le nettoyage. Un ergot de taille généreuse facilitera sa manipulation, même avec de gros gants. Les crans doivent être assez fermes pour ne pas provoquer l’ouverture ou la fermeture intempestive sous l’effet du vent. Enfin, pensez à demander le prix de l’écran en pièce détachée.

Ventilations : Elles servent au désembuage par temps frais et au rafraîchissement par temps caniculaire. Vérifiez que des trous sont bien pratiqués derrière elles. Leur manipulation doit être aisée.

Revêtement intérieur : Un tissu rêche au contact de la paume le sera encore plus à celui du visage. Démontable, il facilite le lavage.

Bien vu !

•Un intérieur démontable se nettoie plus facilement. Certains fabricants proposent des coussinets de joues de différentes épaisseurs. Pratique pour ajuster pile-poil le casque à sa morphologie ou pour donner un coup de jeune à un casque vieillissant.
•Une patte maintient l’écran légèrement entrouvert afin de laisser passer un mince filet d’air destiné au désembuage.

Mal vu !
•Les casques livrés d’origine avec un écran fumé imposent, à moins de ne rouler que par temps clair, d’investir dans un second écran translucide.
•Un joint d’écran en feutrine ou en mousse se tasse dans le temps et perd de son étanchéité, laissant la porte ouverte aux embruns et zéphyrs.

A retenir...
•Prix et matériau ne sont pas déterminants quant à la protection.
•Un intégral s’essaye impérativement avant achat.
•Faute de pouvoir déterminer la capacité d’absorption aux chocs, concentrez-vous sur le bon maintien de la tête et les aspects pratiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites