Bike Chick

Tuto : LES VIRAGES

Messages recommandés

http://www.motardes.org/virage.html

Le principal plaisir de la conduite moto, c'est bien connu, ne se trouve pas dans la ligne droite mais dans les virages. Perpétuellement en quête d'amélioration, sans certainement jamais vraiment atteindre la pleine perfection. Mais concrètement quelles sont les erreurs que nous effectuons en virages et pour quelles raisons ? Que pouvons-nous faire pour nous améliorer et pour tendre à la trajectoire parfaite ? Quelle est la vitesse optimale et comment freiner en courbe ?

Parfois, tout semble aller pour le mieux. Sans vraiment être conscient de ce que vous faites, vous effectuez la trajectoire idéale, vous sentez instinctivement comment le virage va se présenter et vous roulez à la bonne vitesse, sans penser avec le recul, que vous pourriez avoir en fait une vitesse plus élevée, ou au contraire, sans être bouleverser par l'idée que votre vitesse est peut-être quand même un peu trop excessive.

Contre-intuitivement, vous obtiendrez plus de fluidité en essayant parfois, de temps à autre, de réfléchir à ce que vous faites concrètement. En effet dans les virages, tout est important: comment votre regard anticipe le virage avant d’y entrer, la manière dont vous envisagez votre trajectoire, comment vous êtes positionné sur la moto, l’endroit où vous aller aborder le virage, comment gérer les gaz, comment freiner avant le virage… et parfois, malheureusement, comment vous devez freiner au dernier moment pour éviter l’embardée.

Bien sûr, la lecture ne suffit pas pour vous améliorer: vous aurez à pratiquer et apprendre à sentir pour pouvoir analyser ce qui se passe. Mais un peu de lecture peut vous fournir quelques idées à exploiter.
Le regard

La chose de loin la plus importante pour réussir vos virages, c’est votre regard (et oui encore est toujours le regard !).

Vous devrez apprendre à évaluer les virages, afin de pouvoir entrer dans une courbe inconnue avec la bonne vitesse. En regardant loin devant, vous pouvez parfois voir les virages déjà bien avant votre passage et suivre la ligne de la route en regardant les arbres ou les lampadaires, même parfois sans forcément voir la surface de la route.

Juger les virages inconnus s'améliore avec l'expérience, bien sûr, mais accélérer ce processus d'apprentissage peut toujours être utile. Il est toujours bon d'évaluer ce qui c'est mal passé et pourquoi, après qu'un certain virage nous ait quelque peu surpris, nous n’y avions pas été à l’aise.

Dans le virage en lui-même, il est important de voir où vous voulez aller, comme toujours (il ne faut pas regarder le seul arbre, mais bien regarder la trajectoire que vous voulez suivre) il faut toujours regarder loin devant.

Essayez de faire attention à la façon dont une courbe se dessine : un resserrement peut être très dangereux. Gardez le cap sur le "point de fuite": lorsqu'il se rapproche, c’est que le virage est en train de se ressérer.

Le regard : une ligne qui traverse le virage

La trajectoire parfaite dépend de l’endroit où vous allez rouler. Si vous êtes sur un circuit, votre objectif sera simplement de passer le virage le plus rapidement possible. Vous allez choisir votre trajectoire en fonction de votre capacité à vous mettre sur l’angle aussi vite que possible pour passer le virage et remettre les gaz le plus rapidement.

En dehors de la piste, c’est presque toujours votre vision qui est le facteur limitant. Votre trajectoire, ne sera pas la trajectoire de la vitesse optimale, mais de la vision optimale. Par conséquent, vous pouvez diviser un virage en deux parties : l’entrée et la sortie.


L’entrée

Vous commencez le virage autant que possible à l'extérieur lorsqu’il commence, et vous vous assurez que, le cas échéant, vous ayez déjà freiné et descendu les rapports avant d’entrer dans la courbe et que la poignée des gaz est sous tension (un peu). Ensuite, vous vous penchez, et vous restez à l'extérieur du virage, de façon à agrandir la courbe au maximum jusqu’à arrivez au point de corde.

La sortie

Quelque part dans le virage vous arrivez à un point d'où, depuis l'extérieur où vous vous trouvez encore, vous pouvez rouler de l'extérieur à l’intérieur de la courbe : il s'agit du point de corde. A cet instant, vous devez vous pencher à nouveau, pour pouvoir redresser la moto et remettre gaz en passant de l'intérieur à l'extérieur du virage.

De cette façon, vous augmenterez la vision possible dans les virages.
Le virage qui se referme

Il n’est malheureusement pas toujours possible de savoir à l’avance si un virage va se refermer ou non. L’entrée du virage est facile et au fur et à mesure, le rayon diminue et la route se resserre. Ce type de virage est souvent dangereux car lorsqu'on le remarque… il est parfois trop tard pour réagir.

Il y a toutefois une petite astuce pour les deviner. Lorsque dans le virage vous regardez le "point de fuite" (c’est-à-dire là où le côté droit et le côté gauche de la route se rejoignent en un point) et que votre distance avec ce point s’agrandit, il n’y a pas lieu de s’inquiéter : le virage s’agrandit.

Mais quand ce point se rapproche, vous savez que le virage se resserre. Vous avez le temps de diminuer votre vitesse avec le frein arrière (doucement naturellement), ou pour prendre plus d’angle.

Maintenant que faire si vous n’avez pas été assez attentif et que vous être surpris au dernier moment?

Poussez votre moto à l'intérieur, avec votre genou extérieur. Pencher d’avantage en poussant le guidon vers l’intérieur avec la main est également possible, mais souvent, vous avez une barrière psychologique qui vous empêche de le réaliser. Repousser avec le genou est donc plus facile.

Utilisez légèrement le frein arrière. Cela vous fera perdre non seulement un peu de vitesse, mais la aidera la moto "à tourner un peu plus autour de la roue arrière", pour ainsi dire: vous aurez plus d’angle dans le virage. C'est exactement ce qu'il vous faut mais surtout… n'écrasez pas le frein arrière dans la panique!

De façon générale, vous roulez dans les virages de telle façon qu’il existe encore bien la possibilité de pencher plus. Ce n’est que sur circuit où l’on atteint les extrêmes.
Les virages en dévers

Parfois, vous roulez à travers des virages avec une pente positive (dit virage relevé). Le centre du virage se trouve plus bas que l’extérieur de la route (exemple du virage du "Fer à cheval" sur le circuit du Lédenon). Bien que "visuellement" plus impressionnant, vous ne tarderez pas à remarquer qu'ils sont plus faciles. Un virage relevé vous fait prendre une courbe dans laquelle vous aurez un angle droit avec l’inclinaison de la chaussée.
Pour le virage à pente négative (extérieur du virage est inférieur à l’intérieur du virage), cela signifie que vous aller devoir prendre plus d’angle pour passer le même virage avec la même vitesse que dans un virage à plat ou relevé.

Les ronds-points et giratoires sont délibérément construit une pente négative. C’est effectivement plus facile pour que les saletés (boue, résidu de pétrole etc.) soient évacuées vers l’extérieur de la chaussée et cela permet de réduire la vitesse du trafique.
Donc sur sol mouillé, essayez de rouler bien à l’intérieur des ronds-points car il y aura moins de saleté et préparez-vous à devoir pencher un peu plus par rapport à l’impression que vous aurez en rentrant dans ce type de virage.
Préparer l'entrée de son virage = freiner et avoir engagé le bon rapport

Avant d'entrer dans un virage, vous devez être prêt. Vous devez avoir la bonne vitesse (en tout cas vous devriez avoir assez freiner pour l’atteindre), et vous devez avoir engagé le bon rapport qui vous permettra de passer le virage dans les meilleures conditions.

Un bon exercice pour savoir quel rapport correspond à quel type de virage, est de choisir un tronçon de route où vous connaissez chaques courbes, et de passer ces virages avec un rapport inférieur à ce que vous êtes habitué, et une autre fois avec un rapport au-dessus.

Vous remarquerez très vite lorsque vous êtes en sous-régime (rapport trop haut engagé), car il sera difficile d'accélérer sans rétrograder, ou lorsque vous êtes en sur-régime, car il sera difficile de passer le virage en accélérant légèrement.

Prenez votre temps pour préparer votre virage. Si vous devez le faire au tout dernier moment, vous devrez freiner beaucoup plus fort et finalement passer le virage beaucoup moins rapidement que si vous l’aviez préparer.

Si vous devez vraiment rouler une certaine distance dans les plus brefs délais, vous allez bien entendu vous préparer au dernier moment. Mais même dans un tel cas de figure, vous avez intérêt à vous assurer d'abord que tout le reste est parfait, plutôt que de vous lancer en freinant et changeant les rapports trop tard. En préparant correctement, vous aurez plus de ressources pour passer le virage.
Entrer dans le virage = pencher

Contrairement à une voiture équipée d’un volant qui va faire tourner les roues, une moto tourne en penchant. Vous vous penchez une première fois au déclenchement du virage et vous vous penchez encore plus lorsque vous êtes au point de corde afin de redresser votre moto pour ressortir du virage.

Comment faire pencher votre moto? Mais grâce à votre poids porté sur le cale-pied et à la poussée de votre genou extérieur contre le réservoir. Dans un virage à gauche, vous venez appuyez sur le côté gauche de la moto avec votre fesse droite, dans un virage à droite, vous poussez la moto vers la droite avec votre fesse gauche. Et grâce au contre-braquage.

Le contre-braquage n’a rien de compliqué et est tout à fait instinctif. Toutefois lorsque l'on essaie de l'expliquer, cela génère quelques confusions. Pendant que certains demandent à pousser du côté intérieur du guidon, d’autres apprennent à tirer sur l'extérieur... Chacun sa préférence, mais considérons alors le guidon comme une barre qu'il faut orienter du mauvais côté pour amorcer un virage.

On tourne alors le guidon dans le sens opposé du virage comme si l'on voulait prendre le guidon avec soit en se penchant dans le virage. En dessous de 40 km/h, mieux vaut renoncer à cette technique... c'est la chute assurée. Il faut alors se contenter de tourner le guidon comme avec un vélo. Par contre avec plus de vitesse, la moto se stabilise grâce à la force gyroscopique. On peut alors changer de direction en appuyant sur la colonne de direction de la moto. En gros pour tourner à droite, poussez légèrement le guidon vers la gauche (la main droite... appuie à droite... ou la main gauche tire à gauche). L'effet gyroscopique vous fera tourner vers la droite.
La gestion des gaz dans le virage

L’idéal est d’être en mesure de mettre les gaz petit à petit dans le virage. Avec un filet de gaz, et sans tirer le levier d'embrayage, votre moto est beaucoup plus stable que sans gaz et débrayé. Le fait de tirer l'embrayage dans un virage, va faire "tomber" la moto à l'intérieur.

Pendant le premier tronçon du virage, celui où vous restez à l'extérieur, vous aller utiliser la poignée des gaz très doucement. Puis après avoir passé le point de corde, vous aller pouvoir rouvrir les gaz car cette accélération-là va vous redresser la moto. Vous pourrez alors ressortir du virage de la façon la plus droite possible,

La vitesse dans le virage

Ce que vous devriez savoir au sujet de la vitesse dans les virages est très simple: vous y entrez lentement et vous en sortez rapidement.

Essayez de vous concentrer sur votre trajectoire et sur l’utilisation que vous faites des gaz. Vous obtiendrez certainement plus de vitesse. En effet, lorsque vous essayez d'aller le plus vite possible, vous finissez finalement par être moins rapide que lorsque vous vous concentrez sur ce qui compte vraiment.

La bonne vitesse est celle à laquelle vous vous sentez à l'aise.

Si vous remarquez, qu’au milieu du virage vous couper les gaz, cela signifie que votre vitesse était trop élevée. Cela dit, couper les gaz n’est pas la meilleure façon de ralentir la moto dans un virage. C’est un réflexe automatique qui se produit souvent lors votre vitesse n’était pas adaptée à votre "confort".

En effet si vous commencez à remarquer que vous ne traversez plus les virages de la façon dont vous voudriez, que vous ne trouver pas la bonne trajectoire et que vous faites des erreurs avec la poignée des gaz… c’est qu’il vous faut entrer plus doucement dans le virage.

D’autres signes peuvent être représentatifs du fait que vous êtes trop rapide : ne vous agrippez à votre guidon ! Au contraire votre contact avec le celui-ci doit pouvoir être léger : votre moto doit être en mesure de faire de petites corrections de pilotage par elle-même. Ou lorsque vous commencez à regarder un point fixement (arbre ou réverbère).
Freiner dans un virage

Bien entendu, vous devriez toujours essayer d'entrer dans un virage avec une vitesse adaptée. Mais admettons que vous avez été trop optimiste et que vous êtes finalement beaucoup trop rapide à votre goût, ou que vous rencontriez un gros camion en plein virage et que la route se rétrécit. Que faites-vous?

En premier lieu, essayez de garder à l'esprit que de lâcher la poignée des gaz n'est pas la première chose à faire. Quelque part, c'est effectivement le premier réflexe naturel et il est difficile de se débarrasser de cette habitude.

Lorsque votre vitesse est juste un peu trop rapide et que vous être au-delà de votre zone de confort, il vous suffit d'effleurer le frein arrière. Cela obligera votre moto à plus se pencher et donc à rentrer plus dans le virage et elle n’essayera pas de se redresser. Freiner de l’arrière n’est donc jamais un problème pour votre trajectoire et pour la fluidité de la conduite.

Maintenant en cas de freinage d’urgence, votre frein arrière ne vous sera pas utile : tirez sur l'embrayage et d'utiliser le frein avant !

Soyez prudent et continuez de pousser votre moto dans le virage car elle se redressera et vous courrez le risque de terminer sur l’autre voie ou de sortir de la route. Pour la plupart des gens, l’utilisation du genou et de la fesse extérieure fonctionne très bien dans cette situation.
Si vous avez l’opportunité de vous entraîner, vous serez en mesure de freiner de plus en plus fort dans les virages.
trop lent ?

Trop lent ce n’est jamais une erreur! Beaucoup de gens le considère pourtant ainsi. Lorsque vous entrez dans un virage à une vitesse plus lente, avec le recul cela signifie seulement que vous aviez besoin, et ce n'est pas une erreur du tout. C’est en se concentrant sur sa trajectoire que vous apprendrez vraiment être un jour beaucoup plus rapide.

En résumé

Alors, que faites-vous, avec tous ces conseils et ces explications? Commencez lentement c’est la règle. Ne pensez pas à ce que les autres motards vont pouvoir penser de vous.

En premier lieu, assurez-vous que lorsque vous entrez dans un virage, que vos yeux ont déjà suivi la trajectoire que vous voulez suivre.

En second lieu, assurez-vous que vous êtes prêt avant le virage. Assurez-vous donc que vous avez freiné ou ralenti, que vous êtes dans le bon rapport et que vos gaz sont constants, afin d’être à la vitesse souhaitée dès l’entrée du virage.

Troisièmement, entrez dans le virage en penchant, en suivant la ligne virtuelle tout en regardant loin devant et en restant aussi longtemps que possible à l’extérieur du virage.

Quatrièmement, gardez toujours un filet de gaz dans un virage (on ne parle ici pas de circuit). Vous allez bientôt être au point où vous devrez vous penchez plus pour ressortir du virage, accélérer et préparer le prochain virage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites