Aller au contenu
joel-toutemoto

Le futur proche ?

Messages recommandés

Il n'y a pas que les voitures qui ont droit aux technologies de l'[size=17]hydrogène ! Suzuki, constructeur japonais de deux-roues et d'autos, a présenté sa Crosscage : il s'agit d'un prototype demoto disposant d'innovations vertes. Ses dimensions ? Une longueur de 1985 mm, une largeur de 645 mm et une hauteur de 1020 mm.[/size]
La Suzuki Crosscage, au look futuriste, est équipée d'un moteur [size=17]électrique synchrone CA, d'un système d'alimentation à pile à combustible de type PEFC (à électrolyte polymère) refroidi par air, d'un réservoir à 35 MPa stockant de l'hydrogène haute pression et d'unebatterie lithium-ion auxiliaire haute performance. Résultat : elle bénéficie d'une autonomie de 200 km. Le constructeur n'a pas encore annoncé de date de commercialisation pour ce genre d'engin écolo. Une solution alternative intéressante à suivre ![/size]









(Source : Suzuki Photo : Séverine Alibeu)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

autant les bagnoles pourquoi pas .............because pour moi l'auto n'est qu'un utilitaire ,

mais la becane Rolling Eyes ...................je ne sais pas quoi penser !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La première moto à hydrogène commercialisable

L’ENV en détail
Dévoilé pour la première fois en mars 2005, le concept de l’ENV est le fruit de la collaboration entre Intelligent Energy, une entreprise anglaise spécialisée dans le stockage de l’hydrogène, et des designers londoniens de Seymourpowell, car c’est aussi un bel objet aux lignes audacieuses et futuristes. Encore à l’état de prototype, sa commercialisation est prévue fin 2007 et le prix de départ devrait être inférieur à 6000 $. La bonne nouvelle, c’est que celui-ci baissera si le carnet de commande se remplit rapidement. Logique. 
Mais plus intéressant encore, son utilisation ne devrait pas être plus contraignante (voire moins !) qu’un scooter classique, du moins en ville. En effet « the Core », le réservoir amovible, permettra de rouler 160 km, à une vitesse maximum de 80 km/h, suffisant pour la ville.
De plus, l’ENV passe de 0 à 80 km/h en 12 secondes ce qui est honorable.
Les différences avec un scooter classique sont ailleurs. En effet, il faut savoir qu’une pile à combustible (« fuel cell ») ne fait aucun bruit ou presque, ne vibre pas et ne rejette que de l’eau. Aucune pollution générée (ou presque).
Le plaisir du deux roues va en prendre un coup, diront certains. Mais Intelligent Energy promet que la conduite procurera un réel plaisir, proche de celui de la glisse.
Autre atout, « the Core » permet un rechargement rapide (il suffit de le remplacer, ce qui prend moins d’une minute) et il peut servir pour d’autres applications (je ne sais pas moi, on peut imaginer un réchaud qui se branche dessus pour le camping). Bref, ça promet !
Pour ceux qui se demandent comment ça marche, le principe est simple : du Core sort l’électricité (comme une pile classique en fait, la pile à combustible délivre 1 kW et est accompagnée d’une batterie pour atteindre 6 kW en pointe) et cette électricité est transmise au moteur électrique qui entraîne la roue arrière par une chaîne, comme sur une moto classique.
L’hydrogène est stocké sous haute pression, et n’est pas plus dangereux qu’un carburant classique s’il est manipulé correctement.
Enfin, la moto pèse 80 kg et sera disponible en blanc ou en noir.

Fonctionnement d’une PAC
Il me semble intéressant de revenir en détail sur le fonctionnement de la pile à combustible qui est à la base de la production d’énergie à partir d’hydrogène.
Il suffit de voir comment ça se passe à l’intérieur pour comprendre ce qui se passe à l’extérieur. Et pour ça, rien ne vaut un bon schéma.
Celui du CEA a l’avantage, outre qu’il est animé, de proposer une explication très claire, même pour les novices. Je vous propose donc de le consulter à partir du lien suivant (c’est la première animation) :
[size=14]http://www.cea.fr/cea/jeunes/mediatheque/animations/a_la_loupe/a_la_loupe

Le plus délicat dans tout ça reste le stockage. En effet l’hydrogène est très volatil, c’est un avantage pour la sécurité car il se dissipe très vite mais un inconvénient quand on veut le mettre en bouteille. Comme si ça ne suffisait pas, la molécule de H2 est la plus petite qui soit, ce qui lui permet de traverser aisément de nombreux matériaux si ça lui plaît.
Il y a trois solutions : le stockage sous haute pression, comme c’est le cas pour l’ENV, la très basse température pour garder l’hydrogène à l’état solide, procédé choisi par BMW, ou le stockage solide qui consiste à faire absorber la molécule d’hydrogène par une autre. Même s’il n’est pas le plus intéressant aujourd’hui, c’est ce dernier procédé qui est le plus prometteur avec l’arrivée des nanotubes de carbone, qui sont littéralement des tubes pouvant contenir beaucoup d’atomes d’hydrogène.
Reste la production de l’hydrogène. Car si à l’usage, il ne pollue pas, il faut tout de même le produire. Et là, ce n’est pas gagné. On peut soit extraire les atomes d’hydrogène des combustibles fossiles (CH4 pour le méthane, par exemple), soit électrolyser l’eau (H2O). Dans les deux cas, ça implique un apport d’énergie conséquent et c’est sûrement un des plus grands axes de développement des années à venir.
Pourquoi il faut y croire
Le moteur à explosion offrait lui aussi des résultats modestes à ses débuts. Et Intelligent Energy rend ici une copie plus qu’honorable.
Ici, IE présente bien plus qu’une moto. C’est tout un concept qui est développé autour du Core. Un mode de vie. Plus de risque de se mettre de l’essence sur les mains, pas d’attente à la station, on peut même garder des recharges à la maison. Et changer de pile comme on change (ou changeait) la bouteille de gaz consignée sous l’évier (en plus simple). Et ils travaillent sur la version automobile.
Le déploiement d’un tel produit ne nécessite pas un investissement lourd (au moins au début). Je ne sais pas ce qu’ont prévu les ingénieurs d’Intelligent Energy, mais on peut imaginer un réseau de distribution équivalent à celui des bouteilles de gaz qui soit relativement flexible et facile à mettre en place.
On peut centraliser la production d’énergie. Autrement dit, la pollution générée par des milliers de moteurs est déportée et concentrée en une seule et même cheminée, ce qui d’un côté libère les villes de la pollution, et de l’autre, facilite la récupération du CO2, qui serait ainsi plus facilement sequestrable en sous-sol. Ce serait déjà mieux que rien, en attendant que les énergies renouvelables atteignent la maturité.
S’il risque d’être plutôt le nouveau jouet des stars hollywoodiennes à ses débuts, comme la Prius, l’ENV semble promis à un bel avenir, non ?

Liens :
Le site d’Intelligent Energy
Le mini-site consacré à l’ENV
Le [url=ttp://www.intelligent-energy.com/images/uploads/env facts uk02.pdf]PDF sur l’ENV[/url]
Le site de Seymourpowell
L’animation du CEA
Un article du Business Week
La page Wikipédia
Une vidéo Youtube (reportage Discovery Channel)

[/size]

Documents joints à cet article


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

[size=33][ltr]CONCEPT HUSQVARNA E-GO : UNE PETITE BÉCANE DU FUTUR FULL ELECTRIC1[/ltr][/size]
[size=33][ltr]Intégrée au groupe BMW, la marque suédoise de moto Husqvarna vient de dévoiler son nouveau concept supermotard propre 100 % électrique sous le nom de E-go. Très légère, agile et équipée d’une petite motorisation électrique « explosive », cette bécane sera parfaitement adaptée aux trajets urbains et aux jeunes motards en herbe.[/ltr][/size]
[ltr]

[size=13]Le concept E-go représente la vision du futur transport urbain d’Husqvarna. Cette moto technologique tout-terrain montée sur pneus route est, selon le constructeur l’engin, l’idéal pour se faufiler dans les embouteillages.

Avec son design aérodynamique et dépouillé, le concept-bike ne pèse que 80 kg. Parmi les innovations techniques du concept E-go, on retrouve une fourche avant à double fourreaux de 35 mm de diamètre située d’un seul coté. A l’arrière, on retrouve un monobras en alu. Le cadre tubulaire en acier supporte le porte-batterie en aluminium.
Ce deux roues électrique monoplace court et compact a pour ambition de transformer le trafic urbain en véritable terrain de jeu.
Pour l’instant, je n’ai aucune info concernant son autonomie et une éventuelle date de commercialisation.
Espérons que ce petit concept propre verra le jour…


[/ltr][/size]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Harley-Davidson dévoile une moto électrique
Publié le 19 juin 2014 par Zapactu

Harley-Davidson serait sur le point de dévoiler sa prochaine innovation : une moto électrique…


[size]

Les rumeurs d’une moto électrique chez Harley-Davidson ont commencé après ce cliché pris sur le tournage du film Avengers : Age of Ultron. On voit la doublure de Scarlett Johansson sur une moto, plus précisément un modèle d’Harley Davidson unique au monde.
Il y a quelques heures, une vidéo a été mise en ligne par le fabriquant de moto qui confirmerait ces soupçons. Fin du suspens d’ici la fin de journée.[/size]

En savoir plus sur http://www.paperblog.fr/7186411/harley-davidson-devoile-une-moto-electrique/#iKwECXtuC1cd6gzZ.99



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

troqué mon vénérable air huile pour un moulin à café pale ,
NoNo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

comme toi fred , je pense que nous sommes devenus des dinausores mais rouler la dessus tres peu pour moi  scratch

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...