The Pat

Procédure VE : le retour du contrôle technique moto

Messages recommandés

Sorti par la porte, le contrôle technique des motos se repointe par la fenêtre, pour janvier 2009. Invitée par la DSCR (Direction de la sécurité et la circulation routière), le 9 décembre, à une réunion de « présentation » de la procédure « véhicules endommagés » (VE), la FFMC a, aux côtés de la Mutuelle des motards, pointé les dysfonctionnements et aberrations engendrés par celle-ci.

Instaurée en 2003 dans le Code de la route, la nouvelle réglementation VE devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2009. Elle remplacera l’ancienne procédure « véhicule gravement accidenté » (VGA) datant de 1986, qui ne concernait pas les motos.


VE à l’envi
Elle visera désormais l’ensemble des véhicules immatriculés en élargissant son champ d’application. La procédure VGA n’entrait en vigueur qu’à la suite d’un accident immobilisant le véhicule et nécessitant pour sa réparation le suivi par un expert ; la procédure VE, elle, interviendra pour tous les véhicules endommagés.




Peu importe donc que les dégâts du véhicule soient la conséquence d’un accident, d’une intempérie ou d’un manque d’entretien, la procédure VE pourra être déclenchée à tout moment par les forces de l’ordre, lors d’un simple contrôle, ou à la suite d’un sinistre (retour de vol, dégâts d’intempéries…) par un expert en automobile.
Place à l’arbitraire



Les forces de l’ordre, sur la base d’un simple soupçon, pourront classer votre moto comme véhicule endommagé, la retirer de la circulation et il vous appartiendra d’aller remettre, sous 10 jours, votre carte grise en préfecture.

Ce sera alors au tour de l’expert de déterminer si l’état de dangerosité est avéré ou non. Il se basera sur 21 critères (61 au départ), identifiés par le ministère des Transports et les organisations professionnelles de l’expertise, tenant compte, pour partie, des spécificités du deux-roues motorisé. Il est à noter que les frais de rapatriement du véhicule et d’expertise seront à la charge de l’usager, peu importe le résultat de cette dernière.
Expertise après réparation…



Une fois les réparations terminées, toujours sous le contrôle de l’expert, une expertise finale devra être diligentée pour remettre le véhicule en circulation. Elle devra vérifier que le véhicule n’a pas subi de transformation notable susceptible de modifier les caractéristiques indiquées sur la carte grise et correspond toujours à son certificat de réception.

Ce qui va ouvrir la porte à tout et n’importe quoi : pas de remise en circulation tant que votre moto n’a pas son échappement d’origine ou ses clignotants d’origine ! Et ce, même si la procédure VE a été déclenchée sur une jante voilée !
Coût prohibitif




Autant il est légitime de lutter contre les poubelles roulantes sur la route, autant il faut s’interroger sur les dérives d’un tel système qui reposera sur la seule suspicion d’un véhicule dangereux.
Sans compter le coût qui s’annonce dores et déjà prohibitif, nos sources indiquent une somme qui avoisinerait les 500 euros comprenant les frais de remorquage, d’expertise, de contre-expertise, assumés tant par l’usager que l’assureur.
Contrôle technique déguisé



Dès qu’elle a été avertie de la mise en place de cette procédure, la FFMC a tout de suite exprimé ses réserves auprès du secrétaire d’État aux Transports, M Dominique Bussereau.

L’association dénonce le contenu de celle-ci qui, sous le prétexte légitime d’assurer la sécurité des personnes, met en place un contrôle technique déguisé des deux-roues motorisés.

Si une déficience est constatée par les forces de l’ordre suite à un simple contrôle au bord de la route, « c’est une véritable usine à gaz qui va être mise en place pour seulement 0,7 % des cas d’accidents où la vétusté du véhicule a été mise en cause selon le rapport MAIDS, estime la FFMC. Le motard va se retrouver ennuyé parce que son pot ne sera pas conforme ou tout simplement pour avoir refusé de signer un procès-verbal abusif ».

C’est en quelque sorte un chèque en blanc que les professionnels, les assureurs et les usagers signent au ministère des Transports, qui de son côté assure que la procédure sera appliquée avec discernement. Est-ce le même discernement que celui promis en matière de stationnements, de remontés de files ou sur les mini-motos ? Il sera trop tard pour se poser la question lorsque cette procédure VE sera en place.

Frédéric Brozdziak - 11/12/2008




Non seulement la procédure VE peut être déclenchée sur une simple appréciation lors d’un contrôle des forces de l’ordre, mais elle débouche par la suite sur un parcours du combattant : expertise pour déterminer la dangerosité des éléments incriminés, réparation, puis nouvelle expertise pour savoir si la moto peut être remise en circulation (voir détails dans l’article). Ce qui fait craindre une dérive : selon la compétence et la bonne foi de l’expert, la moto pourrait rester immobilisée si certains de ses éléments ne sont plus d’origine, car la moto n’est alors plus conforme à son homologation. Peu importe que les éléments adaptables constituent un danger ou non.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'espère très sincérement que l'on ne va pas en rester là :!:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La "procédure VE", c’est pour le 15 avril 2009. Elle constitue notamment un retour déguisé du contrôle technique des 2-roues motorisés. La FFMC, la Mutuelle des motards, le CNPA et la FFM demandent un aménagement pour qu’elle ne puisse être déclenchée arbitrairement, comme le texte le prévoit actuellement.

Mûrie 6 ans, présentée au dernier moment

Présentée par le ministère des Transports comme une simple adaptation de l’ancienne procédure VGA (véhicule gravement accidenté), la procédure VE, au contraire, la transfigure en élargissant considérablement son champ d’application.
En vigueur le 15 avril 2009, elle constitue notamment un retour déguisé du contrôle technique des deux-roues motorisés (2RM).


Au final, c’est un chèque en blanc que les professionnels, assureurs et usagers doivent signer à la Direction de la sécurité et de la circulation routières (DSCR), qui leur a présenté cette nouvelle procédure trois semaines avant sa mise en place (initialement prévue au 1er janvier), alors qu’elle patiente dans ses tiroirs depuis six ans !

Le monde de la moto se mobilise
La Fédération française des motards en colère (FFMC), l’Assurance mutuelle des motards (AMDM), la branche deux-roues du Conseil national des professionnels de l’automobile (CNPA), et la Fédération française de motocyclisme (FFM) refusent de laisser planer cette épée de Damoclès au-dessus de la tête des usagers et de leur portefeuille.

Elles demandent que seuls les experts formés aux spécificités des deux-roues motorisés (2RM) puissent déclencher une procédure VE et que leur contrôle sur le suivi des travaux soit circonscrit aux éléments de sécurité qui ont motivé la procédure.

Elles demandent également l’ouverture d’un moratoire de trois ans pour revoir précisément, avec tous les acteurs concernés, les conditions de déclenchement et de suivi de la procédure VE pour les adapter aux 2RM.

Place à l’arbitraire
La procédure VGA excluait explicitement les 2RM, avec la VE, ils seront concernés. Une nouveauté. Le danger réside dans le pouvoir laissé aux forces de l’ordre et aux experts.

Les premières pourront déclencher la procédure, non plus seulement à la suite d’un accident de la circulation, mais à tout moment, sur la base d’un soupçon de dangerosité.

Les seconds, qui sont les seuls à avoir été consultés sur la mise en place de cette nouvelle réglementation, pourront déclencher directement la procédure lorsqu’ils seront missionnés par un assureur à la suite d’un accident ou de tout autre sinistre (retour de vol, dégât suite à intempérie).

Le danger estimé d’un simple coup d’œil
La dangerosité d’un véhicule sera estimée, visuellement, au regard d’une liste de 21 critères identiques à toutes les catégories de véhicules, de la moto aux poids lourds.

Qu’elle soit alors soupçonnée ou avérée, elle emportera les mêmes conséquences : l’usager se retrouvera à pied, avec une lourde facture en poche. Un seul point défaillant entraînant l’interdiction de rouler.

Si l’objectif de retirer de la circulation les véhicules dangereux rallie tous les suffrages, cette réglementation dépasse largement cet enjeu. Rappelons que selon l’étude MAIDS, seul 0,74% des accidents impliquant un 2RM est lié à un mauvais entretien du véhicule.

Appliquée avec discernement, promis !
À l’inverse, elle coïncide parfaitement avec la volonté du gouvernement de mettre en place un contrôle technique.

Car une fois la procédure enclenchée, l’expert ne pourra autoriser la remise en circulation du véhicule qu’après s’être assuré qu’il n’a pas subi de transformations. L’objectif initial de la procédure est alors complètement biaisé : il ne s’agit plus d’éviter un danger dans la circulation mais de faire la chasse à la personnalisation des véhicules.

Pour compenser les incohérences de cette réglementation, le ministère des Transports assure qu’elle sera appliquée avec « discernement ». C’est un peu léger quand on voit comment ce même « discernement » est appliqué en matière de stationnement ou de remontée de files…

- 08/01/2009

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bah oui, faisons les fatalistes puisque personne ne bouge, alors vive le contôle technique obligatoire pour les motos !!!





Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr :twisted:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
alors la moi c'est pas la peine vu tout ce qui a était modifié il garde pas que la moto

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lpm34 a écrit:
excellent !!


je savais que ça ferai de toi un Homme Heureux ! SmileWink

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lpm34 a écrit:
un homme jouissif meme


affraid c'est plus un état d'âme ! . . . c'est de la propagande ! ! ! Very HappyWink

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
enfin , une bonne nouvelle Very Happy , et la manif pour le moment est toujours maintenue et risque de se transformer en grande fête de la moto

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je dis Bravo à la FFMC et les autres qui ont collaborer avec

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Perso, je vais saluer le "monde" de la moto de s'être réuni et entendu pour faire comprendre que cette mesure n'était pas bonne...

Ensuite, les simples motard(e)s que nous sommes toutes et tous à s'être tenu(e)s prêt(e)s à manifester à l'appel des FFMC ...

Et enfin, il ne faut pas oublier les responsables "là-haut" qui pour une fois (la seule ? non ?!) se sont rendus compte de la duperie et de l'inutilité de cette (mauvaise) mesure et ont abandonné le projet.

Mais restons vigilants, car des anti-motards grouillent à Matignon et n'ont pas dit leur derniers mots.

Alors BRAVO, aux professionnels de la moto et aux simples motard(e)s.

Quant à la manifestation des 21/22 j'espère que les choses vont très rapidement être reprises en main afin de faire la fête et de ne pas embêter les gens... Wink

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OOps, j'allais oublier, merci de l'info Pat Wink

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites