SnakezZ

architecture moteur

Messages recommandés

Tout d'abord, nous allons faire la distinction entre les 2 différents types de moteurs à explosion : le 2 temps et le 4 temps

Le moteur 2 temps




Premier temps :


La lumière d'échappement est découverte, le cylindre se vide de ses gaz brûlés, celle d'admission et de transfert sont fermées, le piston crée une dépression dans le carter !


Le piston remontant, commence la compression du mélange. La lumière d'admission se découvre permettant aux gaz frais en provenance du carburateur de pénétrer dans le carter !


Fin de compression et allumage du mélange comprimé suite à l'éclatement de l'étincelle entre les électrodes de la bougie.
Le remplissage du carter est en phase finale !

Deuxième temps :


La forte montée en pression chasse le piston vers le bas.
Tandis que la lumière d'échappement s'ouvre pour permettre l'évacuation des gaz brûlés, la lumière d'admission est fermée !


La lumière du canal de transfert s'ouvre et sous l'action du piston qui comprime le mélange dans le carter, celui-ci chasse les gaz brûlés
vers le système d'échappement !


Le piston remontant, ferme la lumière du canal de transfert.
Les derniers gaz d'échappement sont alors évacués et un nouveau cycle recommence !

voici l'animation vidéo du fonctionnement :



Avantages :

* Nombre de pièces en mouvement réduit.
* Souplesse et possibilité de sur régimes
éventuels sans dégât.
* Compacité du moteur.
* Poids réduit.
* Facilité de démarrage à froid.
* Simplicité et minimalisme des entretiens.
* Moteur tout indiqué pour les petites cylindrées.
* Moyennant une alimentation adaptée (ex : carburateur à membrane) il peut fonctionner dans toutes les positions.

Inconvénients :

* Consommation relativement élevée.
* Ralenti irrégulier.
* Ajout d'huile lors de chaque ravitaillement.
* Compatibilité difficile avec les nouvelles normes anti-pollutions.
* Fumée bleuâtre à l'échappement.
* Absence de frein moteur .
* Nettoyage du système d'échappement et décalaminage périodique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le moteur 4 temps



1. CAME :(Rouge)
Monté sur un arbre, cette pièce non circulaire sert à transformer un mouvement rotatif en mouvement de poussé.

2. SOUPAPE: :(Orange)
Obstruateur mobile maintenu en position fermée par un ressort. Elle s'ouvre momentanement sous la pression de la came.

3. BOUGIE :(Jaune)
Elle fait jaillir une étincelle qui met le feu au mélange air/essence, créant un explosion.

4. PISTON :(Bleu)
Pièce cylindrique mobile, qui sert à comprimer les gaz en vue d'une explosion, et qui après l'explosion transforme un énergie thermique en énergie mécanique.

5. BIELLE :(Turquoise)
Tige rigide, articulée à ses deux extrémité. Elle transforme un mouvement linéaire en mouvement rotatif.

6. VILEBREQUIN :(Vert)
Arbre articulé en plusieurs paliers excentrés. Transmet indirectement l'énergie mécanique à la boîte.

7. DISTRIBUTION :(Violet)
Mécanisme de régulation d'entré et de sortie des gaz à travers la chambre de combustion. Créant un parfaite coordination entre les arbre à came et le vilebrequin.

8. CHAMBRE DE COMBUSTION :(Grise)
Chambre hermétique où est injecté le mélange air/essence pour y être comprimé, enflammé, et créer un énergie mécanique.

9. LUBRIFICATION:(Marron)
Les pièces situées sous le piston baignent dans l'huile. Cette huile n'est jamais en contact avec le dessus du piston. Elle lubrifie: Vilebrequin, Bielle, Piston, et parfois c'est la même qui lubrifie la boîte de vitesse. (A la différence des deux temps, ou la boite est séparé du moteur.)

On appel "4 temps", le cycle de quatre étapes auquel sont soumis les gaz pour créer cette explosion. Soit deux montées, et deux descentes.


L'admission:
Premier temps, Le piston descend créant une dépression (PMH vers PMB) qui aspire les gaz par la soupape d'admission dans la chambre de combustion. La soupape d'échappement reste fermée.


Compression:
Second temps, Le piston remonte, (PMB vers PMH) comprimant les gaz enfermés dans la chambre de combustion. La soupape d'admission et la soupape d'échappement sont fermées.


Explosion: (ou détente)
Troisième temps, la bougie crée une étincelle qui enflamme les gaz comprimés, l'explosion pousse le piston vers le bas (PMH vers PMB)La soupape d'admission et la soupape d'echappement sont fermées.

N.B: C'est le seul temps moteur qui crée assez d'énergie pour d'une part relancer un cycle de 4 temps, et pour d'autre part faire avancer la moto.


Echappement:
Quatrième temps, La soupape d'échappement s'ouvre, le piston remonte poussant les gazs brulés vers le conduit d'echappement. La soupape d'admission reste fermée.


petite animation vidéo :

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Arnaud(ou devrais je dire El Professor), pour cette petite leçon de mécanique; vivement la suite
flower

On voit que tu as un gros cube, tu m'as grillé!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On retrouvera quatre types distincts de moteur à explosion.

* Les monocylindres: le cylindre étant tout seul, on ne peut pas parler à proprement dit d'architecture, mais plutôt de position du cylindre.
* Les moteurs en ligne: les cylindres sont disposés en ligne, généralement en position transversale sur la moto. De 2 à 6 cylindres, ont été abordés. On retrouve cependant principalement des moteurs de 2 à 4 cylindres.
* Les moteurs en "V": les cylindres sont disposés sur deux plans. On les retrouve de manière transversale, ou longitudinale. Les cylindres varient de 2 à 4. L'ouverture du "V" n'excède pas 180°.
* Le moteur rotatif qui adopte un architecture complètement différente



LE CALAGE MOTEUR

Un cylindre s'articule autour du vilebrequin et décrit une rotation de 360°.

Plus on multiplie le nombre de cylindres plus on peut répartir les forces exercées par chacun des cylindres sur ce cycle de 360°.

Pour un même type de moteur et selon le comportement du moteur que l'on veut, on peut le caler de différentes façons.





Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
maintenant nous allons aborder l'agrément de conduite suivant le type de moteur

monocylindre

Un monocylindre est une moto possédant comme son nom l'indique un moteur mono-cylindre, c'est un moteur vibrant et assez doux, mais pas très souple d'utilisation : il "cogne" rapidement. Le monocylindre est agréable en ville et amusant sur circuit dans ses versions « sportives » (supermotards). Il n'est par contre pas recommandé pour des trajets autoroutiers trop longs, car il a tendance à chauffer et à s'abîmer.

avantages :
* facilité et accessibilité
* puissance limitée naturellement

inconvénients :
* vitesse de pointe limitée
* n'aime pas l'autoroute

bicylindre

Nerveux, coupleux, pas toujours puissants, les bicylindres sont des moteurs "à sensations". Qu'ils équipent en L les motos Ducati, en V les Aprilia (le V-twin à 62° ou encore celui des Mana et Shiver), les Suzuki (SV 650 SV, 1000, DL 650 V Strom), les Honda (Deauville, Transalp, DN 01), les Yamaha, les Harley Davidson et les Buell telle la XB 1125R et consorts, ou encore verticaux les Honda CB 500, les Kawasaki ER-5, ER-6 etc.) ils vibrent, cognent et poussent fort quand on leur demande. Très agréables pour débuter, ils ne demandent pas à être toujours poussés pour marcher correctement. Leurs atouts ? Les bas et mi-régimes. Leur faiblesse ? On aime, ou on n'aime pas ! De plus, leur encombrement impose un cadre périmétrique ou treillis pour la moto, qui ne sont pas du goût de tout le monde. A noter que les bicylindres verticaux sont en général plus compacts et plus doux, donc plus proches des 4 cylindres.

avantages :
* agrément moteur
* démarrages vifs
* le caractère sans les excès
* bon rapport couple / puissance

inconvénients :
*manque de souplesse

trois cylindres

Avec l'apparition du moteur à trois cylindres de moyenne cylindrée (675 cm3), les motos Triumph chamboulent la donne. Dorénavant, le moteur trois cylindres n’est plus réservé à des motos exclusives et chères (Benelli, par exemple…) ou aux grosse anglaises (Triumph), difficiles à assurer pour un débutant « normal ». Bien que très linéaires dans leur comportement, ces moteurs combinent à merveille le monde du 2 et du 4 cylindres. Couple, puissance et allonge sont au rendez vous pour se plier au type de conduite et de sensations voulues par leur conducteur. Si vous avez un bon budget, essayez le trois cylindres.
Le trois cylindres est devenu la spécialité de Triumph. Avec ses Speed Triple, Tiger, Bonneville et maintenant ses 675 daytona et Street Triple, l'anglais a su imposer le caractère trempé de ce type de moteur, mixant parfaitement les atouts des bicylindres et des quatre cylindres. Les italiens de Benelli, avec leurs TreK, Tornado et TNT et bientôt les 899 proposent une vision sportive, élitiste et caractérielle (oui, oui, pas seulement de caractère, mais bien caractériel).

avantages :
* réponse moteur
* caractère contrôlable
* évolution avec le niveau du conducteur

inconvénients :
* Architecture peu répandue en moyenne cylindrée
* prix

quatre cylindres

La grande majorité des moteurs du marché est de type 4 cylindres. Robustes, endurants, assez peu gourmands en essence, il sont doux (voire creux) dans les bas régimes et nerveux dans les hauts régimes. Leur couple n'est pas suffisant dans les moyennes cylindrées, les plus "forts en gueule" arrivant dès les 750 et plus cm3. Par contre, ils sont souvent puissants et donc bridés.
Longitudinal : la majorité des motos du marché, du moins, les japonaises. Honda CBF 1000, Honda CB 600, 1000 et 1300, Hornet 600 et la Honda CB 1000R, ainsi que tout la gamme des sportives CBR 600 et 1000. Les Suzuki Bandit 600 et 650, 1200 et 1250, GSX 1400 et toute la série des GSX-R (600, 750 et 1000). Côté Yamaha, on retrouve les FZ6, FZ1 et bien entendu, R6 et R1. Kawasaki, pour sa part, offre des quatre cylindres routiers à partir du Z750, monte ensuite à la Z1000 et culmine à 1400 cm3 avec les ZZR et GTR 1400.

avantages :
* douceur et souplesse
* consommation contenue
* longévité
* consommation

inconvénients :
* piégeux dans les tours
* souvent excessifs pour une utilisation "normale" et surtout en moyenne cylindrée

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors là chapeau l'artiste quelle leçon , je suis revenue 30 ans
en arriere , assis en cour de mécanique .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ben moi j'vais m'coucher moins bête encore une fois ce soir ... merci Arnaud :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Admin a écrit:
bien arnaud.. as tu trouvé des explications sur les moteurs rotax... en série sur le spyder can am,avec des pistons en triangle,moteur rotatif.


oui oui ca va venir Wink

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chapeau bas Arnaud...

... Bravo et Merci !

Tes POSTS sont vraiment TOP.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le moteur rotatif :



Le moteur rotatif reste assez simple de conception. Partant du cycle quatre temps, et du concept que un moteur classique transforme un mouvement linéaire ATLernatif en mouvement rotatif. Felix Wankel eut l'idée de construire un moteur créant directement un mouvement de rotation de manière "naturelle".

* Un piston triangulaire (B) divise l'espace du stator en trois chambre tournantes.
* Chacune des trois chambre à un volume variable, ou s'accomplissent trois cycles de 4 temps.
* On à une phase active pour chaque tour du rotor.
* A l'instar du moteur "2 temps", le moteur rotatif n'utilise pas de soupapes, mais des "lumières"(E et F) .


Principe technique
L'invention de Felix Wankel reste liée au principe de la combustion. Le piston rotatif de forme triangulaire divise l'espace du stator en trois chambres de combustion tournantes. Le volume des chambres de combustion se réduit ou augmente, selon la rotation du piston autour de l'arbre excentrique auquel il se trouve relié. Les trois pointes du piston formant les barrettes qui obstruent ou dévoilent les lumières d'échappement et d'admission constitueront, dès le début, le point faible du moteur. Seule l'utilisation de matériaux céramiques permettra par la suite de remédier au problème. L'intérêt de ce type de motorisation est que les quatre phases du moteur quatre temps ont lieu en même temps, sans les déperditions énergétique dûes au mouvement alternatif du piston.

avantages :
*Faible encombrement à cylindrée égale à un moteur conventionnel.
*Du fait qu'il ne transforme pas de mouvement linéaire en rotation, il déplace moins de pièces.
donc moins d'inertie, ce qui lui permet d'atteindre des régimes très élevées. (En théorie max. 18000 tr/min)
*Moins de pièces permet de faire des montées en régimes très rapide.
*Moins de pièces est égal à moins de poids.
* La plage d'utilisation commence dès les premiers tours et s'étend jusqu'à la rupture.

inconvénients :
*Consommation en essence excessive.
*Frein moteur pratiquement inexistant.

Les motos de série à moteur rotatif:
Seules quatre motos de série exploiteront le principe des moteurs rotatif Wankel : la Hercules W2000, la Suzuki RE5, la Norton Rotary et la Van Veen OCR 1000. Il convient de rajouter que seul Norton, avec sa NRS 588 de course, su exploiter le véritable potentiel de cette architecture moteur.

animation video


ceci est la représentation du cycle à 4 temps dans une des trois chambres uniquement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Un moteur à 6 temps.


Les échanges sur le "net" réservent parfois d'étranges surprises. J'ai reçu il y a quelques temps déjà un e-mail en provenance de Pascal Hapham qui m'incitait à aller voir sur un forum le moteur qu'il avait inventé, conçu et réalisé.
Pas de mauvaises surprises, cette fois : Les brevets ont bien été déposés.

J'ai mis quelques temps à comprendre comment ce moteur fonctionnait grâce, entre autres à la photo de gauche afin de pouvoir en réaliser une animation (en bas).
Mais pourquoi "6 temps" ? C'est l'inventeur de ce moteur qui nous l'explique :
"Pendant une séquence de déplacement angulaire 60° du piston il y a selon le grand rayon une expansion (face arrière de la tête) et un échappement (face avant), en même temps, de l'autre côté, selon le petit rayon il y a un transfert d'admission (bascule d'un volume constant), dans les 60° suivant, on change de centre de rotation fictif et il y a un transfert d'échappement du côté du petit rayon, une admission et une compression du côté du petit rayon..... Donc à un cycle normal et commun - le 4 temps actuel- s'ajoutent deux temps supplémentaires : un transfert des gaz admis et un transfert de gaz brûlés (ou à terme d'expansion), ces 2 transfert sont à volume constant."

Ce moteur permet comme le Wankel de se dispenser de transformer un mouvement alternatif en mouvement rotatif, ce qui est coûteux en terme d'énergie et de permettre une meilleure combustion des gaz, limitant ainsi la consommation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[quote="the guitar hero"]
Le moteur rotatif :

Les motos de série à moteur rotatif:
Seules quatre motos de série exploiteront le principe des moteurs rotatif Wankel : la Hercules W2000, la Suzuki RE5, la Norton Rotary et la Van Veen OCR 1000. Il convient de rajouter que seul Norton, avec sa NRS 588 de course, su exploiter le véritable potentiel de cette architecture moteur.

Peut être un avenir au moteur rotatif :

MZ

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
je ressort ce post pour les nouveaux car ca c'est du post utile.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pour les nouveaux ou les vieux machins qui ne sauraient quoi choisir comme monture après leur permis :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites