Badgame

l'ergonomie et la moto

Messages recommandés

Les Sportives

Belles et aguicheuses, les motos sportives sont également des motos prévues pour la piste plus que pour la route ou la circulation en ville. La position de conduite est très basculée sur l'avant et les pieds sont reculés sur des commandes haut placées pour augmenter la garde au sol. Ces motos incitent à sortir le genou dans les virages et à rouler vite pour soulager les poignets et les cervicales, leur bulle étant réduite à sa plus simple expression. Belles, oui, mais vraiment pas pratiques les sportives. Question confort de position, à moins de rouler rapidement et sur courte distance : on repassera, on fait corps avec une sportive !

Les roadsters

Pour ceux qui aiment en prendre plein la figure. Les motos roadsters ont une position de conduite assez droite, un guidon large et brillent par l'absence totale de protections. Mieux vaut avoir un bon cou et de bons abdominaux pour rouler à un certain rythme. Le reste du temps, les roadsters sont plutôt agréables, mais toujours un peu durs à la longue pour le dos et le fessier. Seuls les maxi roadsters (1000 et plus), offrent un bon niveau de confort, que ce soit au niveau amortissement ou selle.

Les points douloureux : cou (vitesse), abdominaux (vitesse), fessier (tout le temps)

Les GT
Quand on parle de confort, l'ergonomie des motos de Grand Tourisme, de même que leur amortissement plus souple et une position de conduite légèrement basculée, traduisent leur vocation : transporter à bon rythme sans provoquer de peine ou de fatigue. Elles sont avec les gros trails, les motos qui respectent le mieux les natures sensibles. Seuls soucis : les GT sont lourdes et certaines affirment trop leur tendance sportive...

Les points douloureux : jambes et bras (maniement à l'arrêt !)

Les Trails

Massifs, les trails ont la particularité d'offrir une position de conduite droite et de mettre les jambes à l'équerre. Certains offrent même une protection supérieure à la moyenne. Excellents compagnons de route, ils peuvent compter sur leur amortissement à grand débattement pour ménager le dos de leur conducteur. Seuls inconvénient : leur hauteur et leur poids pour les grosses cylindrées.

Les points douloureux : abdominaux (vitesse)

Les Supermotards

Motos excessives par définition, les supermotards purs et durs n’ont rien d’une partie de plaisir sur route. Leur partie cycle rigoureuse et raide, leurs roues de 17 pouces, leur guidon large et une selle prévue pour une demi-fesse font que le confort cède la place à l’efficacité et à la fonctionnalité. Pour amoureux seulement et célibataires qui plus est !

Les points douloureux : épaules, fessier (!), abdominaux

Les Hypermotards

Issus du croisement d’un supermotard et d’une routière, les hypermotards n’ont que peu de défauts ergonomiques. Ils apportent au trail la facilité d’une supermoto et seul le manque de protection peut encore faire souffrir les abdominaux et surtout le cou à haute vitesse.

Les points douloureux : cervicales

Les Customs

On s'imagine souvent que les low-riders américain se la coulent douce au guidon de leur custom. Pourtant, les "petites" du lot ont souvent de quoi tirer sur les abdominaux, avec une position de conduite pieds en avant, un réservoir souvent large et un guidon éloigné d'une vraiment selle basse... Les adducteurs peinent, les bras fatiguent, sans parler du poids des reines de la catégorie.

Les points douloureux : hanches, cuisses, bras.

Selle trop haute

Une hauteur de selle trop importante occasionne un problème d'équilibre, surtout à l'arrêt au feu ou lors des maniements à côté de la moto (la poussette du permis, vous vous souvenez ?). Ne vous fiez pas aux hauteurs de selle annoncées par les constructeurs, elles sont souvent fausses. En effet, la valeur annoncée donne la distance entre les deux parallèles selle / sol. La hauteur de selle effective est celle qui correspond à l'arc de selle qui va de son milieu au sol. C'est exactement la longueur de votre entrejambe, et c'est pourquoi la découpe de la selle et la largeur de la moto sont importantes. Mieux vaut une selle moins large et plus épaisse que l'inverse. On pose plus facilement le ou les pieds au sol. Il existe également des kits de cales pour fourche et amortisseurs, permettant de réduire la hauteur de la moto. Seul inconvénient, on réduit au passage la garde au sol. Enfin, une solution intermédiaire existe : l’option selle basse des constructeurs, ou faire retailler sa selle (lien vers l’article retailler sa selle). Notons que la Suzuki Bandit 650 dispose d’origine d’une hauteur de selle réglable.

Ajuster sa moto à sa taille grâce à un kit adapté pour surélever la selle de sa moto ou abaisser la selle de sa moto

SOS jambes en détresse

Il n'y a pas que les motos sportives qui plient les jambes. Certaines fois, les commandes au pied sont inadaptées à votre morphologie. Il devient alors impossible de freiner ou de passer correctement les vitesses. Si un réglage des commandes n'est pas disponible, ou si l'emplacement des platines repose-pieds ne convient pas, sachez que des jambes trop repliées engendrent une mauvaise position et donc de mauvais réflexes de la part du pilote. Mais surtout, cela implique un inconfort prononcé sur de longues distances.

Si la disposition des commandes au pied ne convient pas, il existe toujours la solution des options. On trouve chez les accessoiristes moto (liens), des kits de repose-pieds réglables sur plusieurs positions. Il devient alors possible d'avancer ou de reculer l'emplacement des commandes aux pieds. Du moins pour les machines les plus courantes...

Dos sensible

Un dos endolori n'incite pas à faire de la moto. Une position de conduite en étant couché sur le réservoir et un bon casque permettent pourtant parfois de moins peiner... Comme quoi... Autre solution : de bons amortisseurs. Si les éléments d'origine de la moto de votre choix ne convenaient pas, optez pour de l'adaptable !

Poignets fragiles

La moto GT ou la moto sportive de vos rêves vous casse les poignets et c'en devient insupportable... Mettez un guidon de roadster ! Un kit de pontets de fourche peut en effet être la solution. Certes, vous aurez un guidon plus haut, plus large et moins cintré et il faudra peut-être faire une découpe dans la bulle, mais il faut savoir ce que l'on veut...

Petites mains

Quoi de plus énervant que de ne pas atteindre le levier d'embrayage ou de frein de sa moto... La garde est réglable mécaniquement, mais la forme et surtout l'écartement des commandes n'est pas toujours évident. Voyez avec votre concessionnaire, un réglage, des leviers adaptables et ce pourrait bien être la solution.

Cervicales douloureuses

Roadsters, sportives, trails et même customs, ont un même soucis : la protection de la tête. Si vos cervicales deviennent douloureuses, pensez à opter pour un saut de vent (plusieurs tailles), une bulle, ou carrément un pare brise. A noter qu'une bulle double galbe et recourbée est un élément très agréable pour soulager les disques cervicaux. Sinon, pensez à la minerve de confort ou au neck race de KTM et des accessoiristes cross.

Selle de cheval…

Rien de plus énervant que de souffrir le martyr à peine les fesses posées sur la selle de sa moto.
Il existe une solution : faire refaire votre selle avec une masse plus molle. Comptez alors plusieurs centaines d'euros selon votre modèle de moto et la compléxité de la selle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci Doctor Arnaud pour cette consultation préventive, nous voilà armés pour parcourir de longues ballades. flower

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites