Admin-moto-scoot-grandest

Motomobilistes : formation de 7 heures à partir du 1er janvier

Messages recommandés

La formation obligatoire de sept heures au lieu de trois, décidée par le Comité interministériel de la sécurité routière du 18 février 2010 (lire MNC du 18 février 2010) et initialement prévue pour le 1er juillet (lire MNC du 11 juin 2010) mais longuement repoussée (lire MNC du 8 juillet 2010), vient finalement d'être officialisée par un décret paru au Journal officiel du 16 novembre. Elle entrera en vigueur le 1er janvier 2011.

A partir du 1er janvier 2011, une formation de sept heures sera donc obligatoire pour les détenteurs de permis B (permis auto) souhaitant conduire "une motocyclette légère ou un véhicule à trois roues de plus de 50 cm3", indique le décret n°2010-1390 du 12 novembre 2010 portant "diverses mesures de sécurité routière", publié au JO du 16 novembre 2010.

En seront toutefois dispensés les automobilistes qui ont déjà suivi la formation obligatoire de trois heures, ou qui ont assuré un tel véhicule durant une certaine période.

L'article R. 221-8 du code de la route prévoit donc désormais que "la catégorie B du permis de conduire autorise la conduite, sur le territoire national, d’une motocyclette légère à la double condition que le conducteur soit titulaire de cette catégorie de permis depuis au moins deux ans et qu’il ait suivi une formation pratique dispensée par un établissement ou une association agréés au titre de l’article L. 213-1 ou L. 213-7. Toutefois, la condition relative à la formation pratique n’est pas exigée des conducteurs qui justifient d’une pratique de la conduite d’une motocyclette légère au cours des cinq années précédant le 1er janvier 2011. La preuve de cette pratique est apportée par la production d’un document délivré par l’assureur et attestant la souscription d’une assurance couvrant l’usage d’un tel véhicule au cours de la période considérée".

Quant à l'article R. 233-1 du code de la route, qui dresse la liste des documents devant être présentés en cas de contrôle routier (permis de conduire, carte grise...), il inclus désormais le cas échéant une "attestation de la formation pratique ou le document attestant d’une expérience de la conduite".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Excellent ! cheers

7 heures ne seront pas de trop à certains pour apprendre les rudiments de base d'un 2RM, même si ça ne fera que les conforter pour d'autres. Smile


Ceci dit, pour ceux qui roulent depuis de nombreuses années et on fait plusieurs milliers de kilomètres sur des 125cc, s'ils ne les ont pas acquis, c'est foutu pour eux... Rolling Eyes

... Mais généralement, ils renoncent d'eux-mêmes à la pratique d'un 2RM, après quelques frayeurs. Twisted Evil

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A partir du 1er janvier 2011 , les futurs conducteurs de deux-roues de 50 à 125 cm3 et autres à trois-roues de plus de 50 cm3 devront recevoir une formation de 7 heures. Sont concernés en particulier les titulaires du permis B souhaitant piloter un deux-roues motorisé, ainsi que tous ceux qui n'en ont pas conduit durant les 5 dernières années.
Cette formation, dispensée par une moto-école ou une association certifiée, comporte 2 heures de théorie, 2 heures de plateau et 3 heures de circulation. Le certificat remis au titulaire devra être présenté en cas de contrôle de police. Tout contrevenant sera passible d'une amende de 4ème classe (135 €). Cette nouvelle mesure vise à atteindre les objectifs fixés par la 3ème directive européenne sur le permis de conduire, qui imposera un permis de conduire pour tous les deux-roues à partir de 2013.

prix de moyenne en France: 147 euros

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
La 3ème directive sur le permis de conduire entrera en vigueur le 19 Janvier 2013.
Elle influera forcément sur la conception des nouvelles motos et scooters qui devra prendre en compte les nouvelles limites de puissance... Ceci a déja été le cas avec les anciens permis A1, A2 et A3 dans les années 1980.

Le 16 Juin 2009, la CIECA, la Commission internationale européenne des licences de conduite, a organisé un atelier sur les nouvelles exigences à la 3ème directive des permis de conduire. L'événement a été suivi par la Commission européenne, la communauté motocycliste et les représentants des États membres de l'UE.

Le CIECA lors de ses recherches sur les règles d'accès aux cyclomoteurs et aux motocycles a mis en évidence les différences considérables qui existent dans les règlements nationaux actuels des permis de conduire.

La commission européenne a souligné que les États membres ont trois choix en termes d'accès progressif à partir des catégories A1 et A2, et A2 à A. Elle laisse le choix entre test, formation ou les deux.
En France on s’oriente vers l’option formation.


La commission propose une harmonisation des permis en Europe (il en existe 110 !) afin de réduire la mortabilté importante sur les deux roues... Avec 4 catégories pour les 2RM: Shocked
AM (max 50 cm3 et 45 km/h) : 16 ans, test théorique.
L'age peut être modulé entre 14 et 18 ans avec des test suivant les pays membres.

A1 (maxi 125 cm3, 11 kW et 0,1 kW/kg) : 16 ans

A2 (max 35 kW et 0,2 kW/kg) : 18 ans.
Après 2 ans d'expérience A1 + formation ou test pratique; ou accès direct avec tests théorique et pratique.

A : (toutes motos) 24 ans. Accès à 20 ans, après 2 ans d'expérience A2 + formation ou test pratique; ou accès direct à 24 ans avec formation et tests pratiques.


Sur cette base, les pays membres peuvent modifier les âges mini.
Par exemple si le permis A1 est fixé à 17 ans, on peut avoir le A2 à 19 ans et la catégorie A à 21 ans.


Changement aussi pour les tricycles ! Twisted Evil
Reste également à traiter les 3 roues: La commission s'oriente vers le classement des 3 roues, comme les motos avec 3 catégories:
AM (tricycle de 50 cm3 et 45 km/h maxi)
A1 (tricycle inférieur à 15 kw-20 ch)
A2 (tricycle supérieur à 15 kW-20 ch) et 21 ans.


A suivre donc… c'est pour janvier 2013... demain donc !


Et bien sûr, tout ça est issu d'une petiote recherche sur la toile... lol!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Formation 125 : le point sur la réforme du 1er janvier 2011

Depuis le 1er janvier 2011, les personnes souhaitant rouler en 125 cm3 ou en tricycle de catégorie L5e doivent passer une formation de 7 heures. Qui est concerné ? Quelles sont les modalités d’application du nouveau décret ? Moto Mag revient sur ce sujet chaud de ce début d’année.

Pas exactement pour tout le monde

Depuis le 1er janvier 2011, tous les possesseurs d’un permis B d’au moins deux ans qui souhaitent circuler en deux-roues de 125 cm3 ou en tricycle (catégorie L5e) doivent obligatoirement suivre une formation d’une durée de sept heures. Seuls les conducteurs pouvant justifier d’une pratique de la conduite au cours des cinq années précédant le 1er janvier 2011 en sont dispensés. Aucune durée minimale n’est requise, mais elle doit avoir eut lieu après le 31 décembre 2005.

Ces derniers doivent pouvoir présenter une attestation délivrée par leur assureur (un «  relevé d’informations  ») en cas de contrôle. Sur ce relevé d’informations doit impérativement figurer le nom du conducteur de la machine. Les personnes ayant conduit un véhicule assuré au nom d’une société ou les seconds conducteurs de véhicule dont le nom n’apparaît pas sur le contrat d’assurance se retrouvent donc sur le carreau.

Les usagers qui auront suivi la formation de 7 heures se verront quant à eux remettre une attestation par leur école de conduite à présenter en plus de leur permis B à chaque contrôle.

Un contenu allongé de 4 heures

Exit donc, la formation de 3 heures réservée aux possesseurs d’un permis B obtenu après le 1er janvier 2007. Dorénavant, les auto-écoles devront proposer 7 heures de formation, organisées comme ceci : 2 heures de théorie, 2 heures de plateau et 3 heures en circulation.

Les deux premières heures comprennent une analyse des accidents les plus caractéristiques impliquant les motocyclettes légères et les tricycles à moteur, ainsi que des conseils permettant d’appréhender les pièges de la route (conduite sous la pluie ou de nuit).
Les 2 heures de pratique hors circulation sont consacrées à la prise en main du véhicule et aux vérifications indispensables, tandis que les 3 dernières heures en circulation mettent l’accent sur le placement sur la chaussée, la prise en compte des angles mort et les franchissements d’intersection (cf. encadré formation).

300 euros de formation, 135 euros d’amende
encore une fois une incohérence de l'état..

Le coût de cette nouvelle formation se situe aujourd’hui aux alentours des 300 euros. Un tarif à surveiller : en fonction de la demande et de l’appétit des auto-écoles, il pourrait bien grimper malgré les consignes d’harmonisation. En cas de non-respect de la loi, le conducteur sera passible d’une amende de 4e classe (135 €, suppression de 3 points). Enfin, en cas d’invalidation ou d’annulation du permis de conduire, cette formation restera acquise.

Quand la passer ?

Pour prétendre à cette formation, il faut avoir obtenu le permis B depuis au moins deux ans. Néanmoins, elle peut être suivie un mois avant la date anniversaire des 2 ans d’obtention de la catégorie B du permis de conduire.

Le véhicule de votre choix ?
Dorénavant, ces leçons peuvent être dispensées sur une moto ou un scooter de la catégorie motocyclette légère ou encore sur un véhicule de la catégorie L5e (MP3 LT ou Can-Am Spyder). Si on imagine mal les auto-écoles s’équiper de chacun de ces véhicules, l’offre devrait s’étoffer avec le temps.

Une attestation en plastique

La carte remise par l’établissement de formation est une simple feuille plastifiée au format 10,6 cm de largeur et 6,3 cm de hauteur. Sur le recto figurent les nom, prénom, date et lieu de naissance, la date d’obtention et le numéro du permis B ainsi qu’une photo du titulaire et sa signature. Sur le verso on trouvera les renseignements concernant l’établissement de formation ainsi que son cachet.
L’avis de France Wolf, membre du Bureau national de la FFMC, gérante d’une école de conduite

 Un bon signe  !

« Dans la mesure où la formation de tous les usagers est l’une de ses revendications depuis nombre d’années, la FFMC ne peut que se féliciter de cette décision. Au lieu de nous imposer un “examen”, ou de nous parler d’interdiction ou encore de répression, le gouvernement a choisi la voie de la formation  : c’est un bon signe. Ce qui compte vraiment pour les futurs usagers, c’est de trouver une école de conduite capable de leur donner les bonnes informations pour leur sécurité… De notre côté, nous sommes déjà opérationnels, puisque nous proposons, à l’initiative de la Mutuelle des Motards, des formations spécifiques “prise en main” de 10 heures depuis des années via les établissements agréés par l’AFDM. »

L’avis de Luc Forestier, représentant du CNPA (Conseil national des professionnels de l’automobile) branche deux-roues.

Pas d’accidentologie

«  Rappelons tout de même que l’accidentologie 125 cm3 et MP3 est minime. Il est donc dommage d’imposer une formation à une certaine catégorie d’usagers alors que nous sommes “tous responsables”, comme le rappelle si bien la Sécurité routière. Certes, la formation sera bénéfique à ceux qui la suivront, mais le marché du deux-roues risque d’en être fortement pénalisé. »

L’avis de Federico Musi, directeur général de Piaggio France

L’intégration des tricycles est logique

« Cette formation peut freiner les personnes les plus modestes, qui devront cumuler le coût de celle-ci à l’achat du scooter, aux frais d’équipement et d’assurance… Mais l’intégration des tricycles L5e dans la nouvelle réglementation est logique, puisque cette catégorie est également une équivalence au permis automobile B. Dès le lancement du MP3, nous avions développé un programme de formation spécifique. Cela nous a permis de constater que beaucoup d’usagers novices ont eu la démarche de se former. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Contenu officiel des 7 heures de formation

« Programme de formation de sept heures pour la conduite des motocyclettes légères et des véhicules de la catégorie L5e par les titulaires de la catégorie B du permis de conduire » (annexe de l’arrêté d’application du 17-12-2010 publié au Journal officiel le 24-12-2010).

Pour chacun des thèmes suivants, le formateur devra insister sur l’importance :
– du respect de la règle ;
– de la prise d’information et de la communication ;
– de la prise de conscience des risques ;
– de l’influence des pressions extérieures sur le comportement (environnement social...) ;
– du partage de la route avec les autres usagers (notamment avec les usagers vulnérables) ;
– du respect des autres usagers et d’une attitude courtoise au guidon ;
– d’une conduite économique et respectueuse de l’environnement.

Module théorique (deux heures)

L’objectif de cette phase formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e :
– d’analyser les accidents les plus caractéristiques impliquant ces types de véhicules ;
– d’appréhender les situations délicates d’utilisation de ces véhicules, comme par exemple : de conduire sous la pluie, de circuler de nuit ;
– d’anticiper et détecter les dangers ;
– de savoir se rendre détectable ;
– d’être sensibilisé à l’importance de s’équiper de vêtements protecteurs (casque à la bonne taille et attaché, gants, pantalon, blouson avec dorsale, chaussures montantes) ;
– d’être conscient du rôle de l’infrastructure routière sur les accidents des deux-roues et trois-roues ;
– de connaître les risques concernant l’adhérence : gasoil, peintures et plaques métalliques au sol, ralentisseurs, gravillons... ;
– de connaître les conséquences physiques et physiologiques des chocs sur les équipements de la route, même à basse vitesse.

Module hors circulation (deux heures)

L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :
– découvrir le véhicule et d’effectuer les vérifications indispensables (huile, pression et usure des pneumatiques, poignée de gaz, système de freinage) ;
– démarrer et s’arrêter ;
– position de conduite ;
– équilibre et répartition du poids du corps ;
– monter et rétrograder les vitesses (le cas échéant) ;
– savoir freiner à allure faible (répartition du freinage entre l’avant et l’arrière) ;
– appréhender les manœuvres de freinage et d’évitement ;
– tourner, en inclinant le véhicule (le cas échéant) ;
– importance du regard ;
– tenir l’équilibre à allure lente et normale en fonction des caractéristiques du véhicule ;
– avec et sans passager ;
– en ligne droite et en virage.

Module en circulation (trois heures)

Cette partie en circulation se fera en et hors agglomération. L’objectif de cette phase de formation est de permettre au futur conducteur de motocyclette légère et de véhicule de la catégorie L5e de :
– rechercher les indices utiles ;
– adapter sa vitesse aux situations – respecter les distances de sécurité latérales et longitudinales ;
– choisir la voie de circulation ;
– se placer sur la chaussée en fonction des autres véhicules, connaître et prendre en compte les spécificités des véhicules lourds (angles morts) ;
– franchir les différents types d’intersections et y changer de direction ;
– dépasser en sécurité (phénomène d’aspiration – accélération d’une motocyclette et d’un véhicule de la catégorie L5e) ;
– négocier un virage.

perso je pense que le gros n'est pas loin..alors autant le faire quoi...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Véritable mine d'or pour certains constructeurs, le marché des 125 a en effet littéralement explosé ces dernières années en France, grâce notamment, à l'ancienne équivalence permis B/125.

La mise en place d'une formation de sept heures (dont le coût est estimé à 300/ 350 € pour l'usager) pourrait donc rebuter les "motomobilistes" qui souhaitent acheter une 125 pour échapper aux embouteillages...

Conscients du risque, les constructeurs prennent les devants et proposent, pour la plupart, des offres visant à payer toute ou partie de cette formation à leurs clients : le point sur les meilleures opérations des principaux acteurs du marché 125.

Yamaha Motor France, numéro des ventes des "- de 125 cc" avec 20,3% de parts de marché (lire encadré ci-contre), a décidé de tirer profit de son récent accord de partenariat avec le Centre d'éducation routière (CER) pour lancer jusqu'au 30 juin 2011 l'opération "Roulez en 125 tout compris / formation 7 heures offerte".

Concrètement, cette formule engage les concessionnaires Yamaha et les centres CER participants à offrir cette formation de 7h à leurs clients achetant pour la première fois un XMAX125, une WR125 ou une YZF125.

"Cette formation d’une valeur de 300 € sera dispensée sur une journée, par des formateurs qualifiés et au choix du client, sur un scooter ou une moto 125 cc, en fonction du véhicule qu’il souhaite acquérir", explique la marque aux trois diapasons

Le premier constructeur mondial se montre plus prudent et se contente d'inclure le coût de la formation lors d'un achat à crédit d'un scooter 125 ou d'une moto 125 Honda.

"Lorsqu'un client se rendra en concession Honda pour acheter une 125 cc, il se verra offrir la possibilité d'inclure le coût de la formation obligatoire (environ 350 €) dans son achat à crédit à 3,9%", précise Sébastien Pernel, responsable de la communication Honda France.

L'opération Honda présente l'avantage de simplifier les démarches à ses futurs clients, mais elle n'allège pas l'addition pour le client.

"C'est une première étape pour nous : on se laisse le temps de voir comment cette obligation va être perçue par nos clients et nos concessionnaires avant de décider des démarches éventuelles à mettre en place", précise Honda.

Avec 6923 deux-roues de moins de 125 cc écoulés en 2010, Peugeot pointe au quatrième rang des constructeurs les plus performants du marché français : autant dire que le Lion de Sochaux est prêt à sortir les griffes pour défendre son territoire

"La mise en place de la formation de sept heures va inévitablement provoquer quelques aménagements sur le marché des 125 cc et Peugeot a d'ores et déjà pris des mesures dans ce sens", nous indique Frédéric Bart, responsable des relations presse Peugeot Scooters.

Concrètement, les clients du constructeurs français profiteront de deux mesures incitatives : du 15 février au 31 mars, dans le cadre d'une opération intitulée "Priorité sur la Sécurité", Peugeot remboursera la formation à hauteur de 300 € pour tout achat d'un véhicule neuf et sur présentation d'un justificatif.

En outre, les scootéristes qui craqueront pour le Satelis 125 profiteront non seulement de cette prise en charge de 300 €, mais aussi d'une remise de 340 € à l'achat ! L'offre est donc doublement attractive : outre le coût de la formation, l'acheteur réalise une économie non négligeable sur le prix d'un Satelis (3639 €).

Enfin, Frédéric Bart nous révèle que Peugeot Scooters sélectionne actuellement des motos-écoles et des centres de formation afin que "notre réseau de concessionnaires puisse recommander des structures qui dispenseront une formation de qualité à nos clients".

Du côté des Jaunes d'Hamamatsu et des Verts d'Akashi, aucune opération autour de la formation n'est pour l'instant proposée.

Si cette position était prévisible pour Kawasaki (qui ne propose sur le créneau des 125 que deux modèles, la KLX et le D-Tracker), elle est plus surprenante de la part de Suzuki qui totalise tout de même 4962 immatriculations sur ce segment en 2010.

Suite à mise en place de la formation obligatoire de sept heures, l'assureur deux-roues AMV a fait parvenir à tous ses assurés concernés leur relevé d’informations, sans qu'ils aient eu à en faire la demande auprès de leur service clients.

Un formulaire de demande pour ce document a également été mis en ligne sur le site officiel AMV pour répondre aux besoins des clients.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites