maxijohn

La moto en hiver : comment rouler dans le froid ?

Messages recommandés

Comment rouler en hiver ? Quelle protection contre le froid ? Découvrez les astuces et les équipements indispensables pour se préserver du froid à moto ou en scooter. Guide pratique spécial hiver... destiné aux motards qui n'ont pas froid aux yeux !

Combattre le froid à moto : conseils pratiques

Que ce soit par plaisir ou par nécessité, tous les motards et utilisateurs de scooters français ne rangent pas leur deux-roues dès les premiers froids ou après le 21 décembre, lorsque l'hiver prend officiellement ses quartiers...

Car le froid et l'humidité, principaux désagréments liés à la pratique hivernale de la moto ou du scooter, peuvent très bien se combattre grâce à une tenue appropriée en tenant compte de quelques facteurs physiques élémentaires.

Différente suivant les individus, leur localisation géographique et la protection de leur monture, la perception du froid varie aussi en fonction de la température et de la vitesse.

Froid réel et froid ressenti

Ce rapport entre vitesse et froid ressenti est établi scientifiquement grâce à l'indice de refroidissement éolien (IRE) : lorsque la température extérieure est de 0°C à l'arrêt, elle peut descendre jusqu'à -10°C en roulant à 90 km/h et même à -15°C à 130 km/h. Par -10°C à l'arrêt, un trajet sur autoroute à 130 km/h peut même amener le conducteur à braver des températures de l'ordre de -25°C !

Ralentir l'allure en hiver est donc fortement conseillé, d'autant que cela augmente sa marge de sécurité dans des conditions de roulage plus difficiles : adhérence précaire, visibilité réduite, réflexes ralentis par le froid, etc. Sans compter que cela contribue à la préservation d'une espèce hautement menacée : le capital points de votre permis de conduire !

Exposé au froid, le corps brûle davantage de calories pour produire de la chaleur tandis que ses besoins en énergie sont plus importants. Une alimentation adaptée et équilibrée est donc particulièrement recommandée aux "roule-toujours" !

Privilégiez les sucres lents (pâtes et féculents), les aliments riches en protéines (viandes, poissons, oeufs, produits laitiers) ainsi que les fruits et légumes. Profitez aussi des apports en magnésium et oligo-éléments du chocolat noir et n'hésitez àpas à grignoter des abricots secs, riches en carotène.

Enfin, un corps maintenu en forme lutte plus efficacement contre les rigueurs de l'hiver : faire un minimum de sport est donc plus que jamais à (re)mettre à l'ordre du jour ! Privilégiez les activités extérieures comme le jogging ou le vélo, car l'organisme apprendra à se "protéger" contre les différences de températures.

Néanmoins, les principaux facteurs à soigner pour pratiquer la moto ou le scooter en hiver avec un maximum de confort restent l'équipement du pilote et les accessoires de sa monture. Le point sur les critères essentiels du choix d'un vêtement et leurs caractéristiques techniques indispensables.

La tête, le cou et les sous-vêtements

Trop souvent négligée, la tête - à l'instar de toutes les extrémités du corps - doit faire l'objet de toutes les attentions. Selon certains spécialistes, entre 30 et 50% de la chaleur corporelle peut être perdue par son seul biais !

Pour s'en prémunir, Moto-Net.Com opte pour la cagoule : peu seyante et pas forcément agréable à porter, elle constitue pourtant le moyen idéal pour lutter contre le rhume de cerveau ! Reste à composer avec un look typé "braqueur de banque" une fois le casque retiré...

Ce dernier joue d'ailleurs lui aussi un rôle isolant : outre le fait qu'un intégral mette naturellement plus à l'abri du froid qu'un jet, la qualité du casque et de son système de ventilation peuvent faire une réelle différence.

A commencer par les mousses internes : un revêtement qualitatif et respirant régule mieux la transpiration et favorise une meilleure isolation thermique. De même, par temps froid et humide, un dispositif de ventilation efficace évite d'avoir à ouvrir toutes les aérations (voire à entrebâiller l'écran) pour lutter contre la formation de buée sur la visière.

Le cou doit être particulièrement protégé des courants d'air. Et si certaines vestes ou blousons d'hiver possèdent un col qui remonte suffisamment haut pour permettre de se passer d'accessoire, le port d'un tour de cou est quasi indispensable lorsque les températures peinent à dépasser les 0°C (lire encadré ci-contre).

Qu'il soit en simple coton pour les randonnées automnales ou dans un mélange de polyester pour les grands froids, le tour de cou peut se présenter sous plusieurs formes.

La plupart du temps, un simple "tube" en fibres polaires se révèle suffisant, mais des tours de cou dotés d'un plastron plus ou moins long sont aussi disponibles dans les magasins d'équipement moto. Moins pratiques à enfiler, ils sont toutefois plus efficaces car le plastron protège le haut du torse et réduit les risques d'entrées d'air sur le bas du cou.

Enfin, certaines cagoules jouent aussi le rôle de tour de cou via une rallonge de tissu, ce qui permet de raccourcir les fastidieuses séances "d'habillage-déshabillage" !

Trois couches sinon rien

Avant d'enfiler son blouson ou son pantalon d'hiver, le motard ou le scooteriste doit garder à l'esprit que le rôle de ces équipements est plus d'isoler du froid que de fournir de la chaleur : ce sont vos autres vêtements, et particulièrement vos sous-vêtements, qui vont se charger de maintenir la chaleur corporelle.

La tenue vestimentaire hivernale idéale tient en trois couches pour trois objectifs :

1. des sous-vêtements près du corps (maillot, collant, et chaussettes) pour maintenir la température et absorber la transpiration
2. une seconde épaisseur (pull ou sweat-shirt en polaire) pour conserver la chaleur
3. une dernière couche isolante (blouson et pantalon à la fois imperméables et coupe-vent)

Concernant les sous-vêtements, la plupart des équipementiers proposent des ensembles thermiques (une ou deux pièces) en textiles synthétiques et élastiques . Particulièrement recommandés par grand froid, leurs propriétés anti-transpirantes se montrent supérieures à celles de leurs pendants en coton qui conservent l'humidité.

Or, rouler avec des vêtements humides en hiver, c'est le coup de froid assuré ! Soyez donc attentif à ne pas vous "suréquiper" pour éviter de transpirer excessivement.

Lorsque la température avoisine les 10°C et que la durée du trajet est inférieure à une heure, des sous-vêtements thermiques n'ont ainsi rien d'indispensable. Et équipez-vous au tout dernier moment pour ne pas être en nage au moment de monter sur votre machine !

Blousons, pantalons, bottes et gants d'hiver

Grâce à l'alliance de matières synthétiques à la fois respirantes et isolantes (Polartec, Thinsulate, etc.) et de membranes étanches (Gore-Tex, Hipora, etc.), les gammes "Hiver" des principaux manufacturiers deux-roues offrent de bonnes performances contre le froid et la pluie.

Néanmoins, les vêtements d'hiver moto et scooter étant souvent chers, accorder un minimum d'attention aux caractéristiques proposées avant l'achat est indispensable pour éviter de cruelles (et froides !) déconvenues !

Blousons et vestes d'hiver

Le premier et le plus cher des équipements moto reste le blouson ou la veste d'hiver. De préférence en textile (plus étanche et respirant que le cuir), il doit proposer un maximum de réglages ergonomiques pour être parfaitement ajusté à votre morphologie, ne pas laisser entrer l'air froid et améliorer le confort général.

Pour la même raison, il est conseillé d'opter pour un modèle suffisamment long afin que le dos soit entièrement recouvert : beaucoup de deux-roues engendrent une position plus ou moins penchée vers l'avant, ce qui peut concourir à découvrir désagréablement les reins une fois en selle.

Choisissez un équipement doté d'au minimum deux doublures : une doublure chaude (souvent en polyester) et une membrane étanche (Sympatex ou Gore-Tex). Veillez à ce qu'elles recouvrent l'intégralité du buste et des bras : certains blousons ne proposent que des doublures sous forme de gilet qui se montrent insuffisantes par temps très froid.

La présence d'une doublure fixe en tissu maillé (Mesh) a aussi son importance pour évacuer le surcroît de chaleur et éviter la transpiration. Destinés à affronter la pluie, les blousons et les vestes d'hiver doivent se montrer parfaitement imperméables : les zips (aérations, poches) équipés d'une double bande étanche évitent efficacement les fuites, tout comme un double rabat placé sur la fermeture éclair centrale.

Privilégiez les cols hauts et doublés qui se ferment entièrement pour isoler le cou. Enfin, un bon équipement d'hiver ne doit négliger ni la sécurité (renforts sur les zones exposés, inserts réfléchissants, coques et protection dorsale homologuées), ni les aspects pratiques : des espaces de rangements facilement accessibles et en nombre suffisant, ainsi qu'un zip de raccordement à un pantalon, sont hautement appréciables.

De même, disposer d'une poche étanche sur une manche permet de sortir la carte bleue au péage sans avoir à ôter ses gants ni à ouvrir son blouson : c'est toujours autant d'exposition directe au froid en moins !

Pantalons moto d'hiver

Proposé sous forme d'ensemble avec le blouson ou la veste ou acheté séparément, le pantalon moto pour l'hiver doit répondre aux mêmes impératifs : assurer une fonction coupe-vent et disposer d'une doublure chaude et étanche.

La rédaction de Moto-Net.Com recommande de choisir une doublure détachable pour pouvoir porter le pantalon à la mi-saison. D'autant qu'une fois la doublure ôtée, il est parfois possible d'enfiler directement le pantalon d'hiver au dessus d'un jean : pratique pour éviter d'avoir à passer par la case "vestiaire" une fois arrivé au bureau.

Intéressez-vous aussi au système d'ouvertures inférieures : le bas des jambes doit être suffisamment large pour recouvrir de grosses bottes d'hiver sans avoir à forcer sur les fermetures éclair, qui doivent être faciles à manipuler et d'aspect robuste.

Pour éviter les courants d'air, choisissez un pantalon d'hiver qui s'attache à votre blouson et dont l'arrière remonte sur les reins : cela permet de recouvrir hermétiquement le bas du dos et garantit une sécurité accrue en cas de glissade.

Enfin, des poches fermant par zips, des protections aux genoux et aux hanches, des inserts réfléchissants ainsi que des renforts sur les zones exposées en cas de chute (genoux et fesses) constituent des points pratiques et sécuritaires à ne pas négliger.

Bottes moto d'hiver

La plupart du temps directement exposées aux intempéries, les bottes d'hiver doivent concilier confort, isolation et protection : un sacré challenge qui entraîne fatalement son lot de compromis...

C'est pourquoi il est capital d'identifier précisément ses besoins, qui ne sont pas les mêmes pour un scooteriste qui parcourt 15 km par jour en centre-ville et pour le baroudeur prêt à braver la neige pour sillonner les petites routes du nord de la France !

Dans le premier cas, le critère de confort primera sur l'efficacité : inutile de choisir d'encombrantes (et onéreuses) bottes de type "Touring". Un modèle plus léger conviendra parfaitement, éventuellement complété par des sur-bottes (ou sur-chaussures) en nylon les jours de fortes pluies.

Pour les roulages au long cours dans des conditions exigeantes, les bottes de type "Touring" pour l'hiver font généralement appel à un épais cuir pleine fleur que peut recouvrir un enduit imperméable en polyuréthane.

L'étanchéité optimale ne peut toutefois être est garantie que par le biais d'une membrane imperméable et respirante et des coutures thermo-soudées, tandis qu'une doublure interne en tissu synthétique assurera l'isolation thermique.

Le dispositif d'ouverture-fermeture doit se montrer solide et suffisamment large pour permettre de porter d'épaisses chaussettes. Attention également à la fermeture éclair, qui doit impérativement être recouverte d'un rabat d'étanchéité pour éviter les "fuites".

Choisissez un modèle avec une semelle étanche, antidérapante et résistante aux hydrocarbures. Mais évitez les semelles trop rigides qui nuisent tant au confort qu'au feeling sur les commandes...

Enfin, une protection décente passe par la présence de renforts au-dessus des orteils et des tibias, d'un dispositif anti-torsion pour les chevilles, de talons renforcés et de protections sur les malléoles.

Gants moto d'hiver

Attention, zones sensibles ! Les mains, comme toutes les extrémités du corps, se montrent très vite sensibles au froid et à l'humidité. Elles demandent donc une très bonne protection en hiver.

Premier facteur à prendre en compte : à de rares exceptions près, plus le rembourrage ouaté des gants est épais et plus la dextérité du pilote et sa sensibilité sur les commandes sont réduites... Or, plus ils sont fins et plus vite vous aurez froid ! Un constat presque "Lapalissien", mais qui complique singulièrement la tâche au moment du choix...

Privilégiez les gants à l'épaisseur mesurée et adaptée aux différentes zones de la main : les besoins en mobilité et l'exposition n'étant pas les mêmes au niveau des doigts que du poignet, la quantité de rembourrage peut varier au bénéfice de la sensibilité.

Comme pour le reste de votre équipement hiver, les gants de type "Touring" sont dotés d'un insert étanche de qualité et d'ajustements ergonomiques : pouvoir resserrer le manchon (lire encadré ci-contre) via un cordon permet par exemple de colmater efficacement les infiltrations au niveau des poignets.

Le revêtement externe doit impérativement avoir reçu un traitement déperlant, afin d'éviter que le tissu ne se gorge d'eau sous la pluie. Vérifiez aussi à ce que vos gants soient bien rembourrés des deux côtés : certains modèles (même annoncés "d'hiver" !) ne présentent qu'une couche de ouate sur le dessus de la main afin de gagner en maniabilité.

Certains équipementiers proposent aussi des gants de type "pince", dans lesquels les doigts sont maintenus deux par deux pour minimiser les déperditions de chaleur. Plus élégants, des sous-gants en soie assurent une isolation thermique supplémentaire appréciable lors des longs trajets. Mais leur épaisseur - bien que minime - peut nuire au "toucher".

Côté pratique, certains modèles de gants sont pourvus d'une raclette pour enlever l'eau de la visière : un vrai plus sécuritaire sous la pluie. Enfin, la protection contre les chutes ne doit pas être oubliée : même des gants d'hiver doivent être pourvus de renforts sur les phalanges, le poignet et le tranchant et la paume de la main.

Accessoires moto et scooter pour rouler en hiver

Lorsque la température passe en dessous de 0°C et que la durée du trajet est supérieure à deux heure, l'équipement, aussi bon soit-il, ne suffit plus pour lutter contre le froid : il convient alors d'équiper son deux-roues en conséquence.

Courant chez les utilisateurs de scooters, le tablier isole remarquablement du froid et de la pluie tandis que les manchons protègent efficacement les mains.

Sur certaines motos, l'ajout d'un demi-carénage, d'une bulle haute et de pare-mains (en option chez le constructeur ou un accessoiriste) est une bonne solution pour se couper des morsures du vent. Mais c'est surtout en optant pour des équipements et des accessoires électriques que le gain sera le plus sensible.

Généralement proposées en option, la selle et les poignées chauffantes sont constituées de résistances dont l'intensité se règle au guidon. Associés à des manchons et à un pantalon épais, ces accessoires permettent de rouler "au chaud" de nombreuses heures. Il est aussi possible de faire une pierre deux coups avec des manchons électriques !

Enfin, certains équipementiers spécialisés proposent des vêtements chauffés électriquement, à brancher sur la batterie ou sur piles : c'est notamment le cas des marques Klan, Tour Master ou Held qui commercialisent des gilets ou des gants électriques, tandis que des semelles chauffantes sont disponibles chez Gerbing et dans certains magasins de sport.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette info et les conseils.

... Mais dis moi, tu comptes nous proposer une hivernale ??? Twisted Evil



Sinon, moi je sais comment on roule en hiver.
C'est simple: tu serres les machoires pour ne pas entendre tes dents claquer. lol!lol!



Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je me demandé bien quand une connerie allé suivre ce post... lol!lol!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est plus un post çà... t'as trouvé un mec qui écrit plus que moi....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

pour moi c'est trop long, je lis même pas affraid

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites