mick 53

Les MH

Messages recommandés

je ne connais pas la marque mais les modèles 125 on l'ère d'être sympa dhgdjdhgj

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Oui ils sont pas mal du tout

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dommage que pas dispo en france surtout avec le bloc de l yzf sur une sportive et un roadster yam aurais du mal si le tarif etait
inferieur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pas vraiment une copie MH avait sorti son modele avant yamaha en 50 cm3 en sportive et roadster et en 125 en roadster je pense plus que yam a pompé chez eux lol, dommage peugeot n'a pas l idée de l importé car une 125 sportive avec le logo du lion cela pourrait etre sympa

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
très sympa surtout en naked, juste le silencieux me parait tout rabougri.
j'aimerai bien entendre le son qu'elles ont.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Superbe gueule pour une 50 la XR7 mais 3299 euros c'est cher alors en 125, ça ne serait pas donné!
Pire que l'YZF...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lue les 1er essai les perf sont un peut décevant les moteurs yam sont alimenté par carburateurs
la sportive 106km/h et le roadster 100 Thumb down
moto non rodé lors de l'essai

niveau châssis rien à redire très efficace thumleft

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
A mon avis il va falloir attendre d autre essaie surtout avec une becane qui totalisait 100 km lors de l essai

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Si nous avons largement pu tester les roadsters MH7 fabriqués par Moto Hispania, nous étions restés sur une première impression mitigée de la sportive RX 125 R. Pour jouer dans la cour des Derbi GPR 4T et Yamaha YZF-R 125, elle s'appuie sur une partie-cycle apparemment sérieuse, sur le moteur Minarelli à refroidissement liquide et son prix attractif. Mais séduire sur un essai est une chose, convaincre dans la durée en est une autre. Bilan après 1 000 km d'usage quotidien et de loisirs... rapides.

La réputation de MH restant à construire en France, le coup de crayon inspiré par la R6 et la livrée bicolore reprenant les teintes de la YZF-R 125 font passer notre modèle d'essai pour une Yamaha. Avec son échappement inox placé sous le moteur et son gabarit généreux, l'ensemble reste toutefois cohérent et attire le regard des passants. Perçue comme une "vraie" moto par les autres motards, vous ne manquez pas d'être systématiquement salué à chaque sortie à son guidon.

Au fil des kilomètres et des arrêts, on s'attarde sur les détails. Premièrement, la qualité d'assemblage progresse sensiblement au fil des mois. Pas de fils baladeurs, de pièces qui vibrent, etc. Les différents éléments qui habillent le réservoir sont mieux ajustés que sur les premiers exemplaires. La peinture vernie est au niveau des meilleures productions concurrentes. Les traitements de surface des pièces métalliques sont homogènes et conservent un aspect brut de fonderie. En revanche, il y a encore une marge de progression côté habillage de compteur. Enfin, à la différence d'autres motos à la diffusion relativement confidentielle, la MH ne nous a jamais laissés tomber en route tout en démarrant du premier coup à la moindre sollicitation.

Finalement, cette Motor Hispania est conçue comme un authentique produit industriel mais elle conserve ce parfum artisanal qui plaira aux amateurs de sportives à l'européenne.



Moteur

Lors de la présentation officielle de la RX125R, l'importateur français Trusty Diffusion nous avait confié une machine quasi-neuve. Le moteur nous avait semblé manquer d'allonge et les techniciens nous avaient alors signalé qu'il fallait plusieurs centaines de kilomètres pour commencer à ressentir le potentiel du monocylindre Minarelli. Et ils avaient raison !

Nous avons une fois encore eu l'opportunité de recevoir un exemplaire tout juste sorti de caisse. Toujours un peu timide sur les premiers kilomètres, le monocylindre à refroidissement liquide développé en partenariat avec Yamaha se dévoile finalement passé les 500 km. Son alimentation par carburateur et la combinaison d'un échappement à la présence sonore affirmée avec une volumineuse boîte à air le rendent particulièrement expressif à mi-régime.

Les six rapports de la boîte de vitesse s'enclenche avec précision et rapidité. Un bon point pour évoluer toujours aux bons régimes. Leur étagement s'accorde bien avec un usage urbain et sur petites routes. La première, courte, permet de décoller promptement au feu sans faire trop jouer de l'embrayage. En 2nde, 3ème et 4ème, la plage d'utilisation s'étend de 4 000 tr/min à 9 000 tr/min avec un regain d'efficacité entre 6 500 tr/min et 8 500 tr/min. Au-delà de 9 000 tr/min, le moteur régule, comme s'il était bridé dans sa course vers la zone rouge. Les deux derniers rapports offre une plage d'utilisation un peu moins étendue.

La 6ème sert d'ailleurs d'over-drive sur les voies rapide. Après avoir poussé la 5ème jusqu'à 10 000 tr/min, vous croisez en toute quiétude à 110 km/h, le moteur tournant alors à 9 000 tr/min. Mesurant 1,72 m et pesant 62 kg, je suis parvenu à accrocher 124 km/h compteur (116 chrono au GPS) dans des conditions optimales et en position normale.



Partie-cycle



Pour offrir au 125 cm3 Minarelli un écrin à la hauteur de son potentiel, les ingénieurs de Motor Hispania ont retenu des solutions techniques simples mais qui se révèlent judicieuses une fois au guidon.

Ainsi, le cadre périmétrique utilise des longerons de section rectangulaire en acier là où des éléments en alliage d'aluminium auraient pu impressionner. Le bras oscillant, également en acier, évoque davantage celui d'une Kawasaki Z750 que le morceau de bravoure monté sur les MV Agusta. Pourtant, l'ensemble brille par une rigidité sans faille quelles que soient les conditions d'utilisation sans pour autant être raide et donc inconfortable sur route.

La fourche inversée de 40 mm de diamètre fournie par Paioli participe au comportement général rigoureux. Le tarage des ressorts et de son hydraulique lui permet de travailler correctement. Malgré le poids reporté sur l'avant par l'ergonomie sportive, elle absorbe confortablement les petits accrocs du bitume et ne fléchit pas sous des contraintes plus importantes. Pour ne rien gâcher, le mono-amortisseur monté sur biellettes préserve également les lombaires. L'accord d'origine de ces deux éléments convient bien pour mon gabarit.

Le freinage est confié à AJP. L'équipementier propose en général des ensembles plus économiques que ceux commercialisés par Brembo en contrepartie d'un agrément moins convaincant. Cela se vérifie encore avec la RX125R. Avec un disque de 300 mm de diamètre pincé par un étrier 4 pistons à fixation radiale, la puissance est vraiment au rendez-vous. Un rodage soigné pendant quelques centaines de kilomètres garanti un mordant sportif. Le tableau serait parfait s'ils n'avaient pas invariablement tendance à grincer légèrement en ville et à chauffer un peu trop rapidement en usage intensif.



Au quotidien

Rien de tel qu'une immersion dans le train-train quotidien pour juger mettre à jour les petits détails agaçants passés inaperçus dans le cadre d'une présentation officielle de quelques heures.

Comparée à ses rivales directes, la MH fait encore moins de concessions à la route : les demi-guidons et les commandes reculées basculent le corps vers l'avant. Heureusement, la selle perchée à 805 mm du bitume permet de poser facilement les pieds au sol et facilite les manœuvres à l'arrêt... A condition de garder à l'esprit un rayon de braquage assez important mais pas rédhibitoire, compte-tenu du poids contenu à quelques 130 kilos en ordre de marche et de la bonne répartition des masses.

En revanche, la conception de la béquille laisse songeur. Un peu longue, elle impose de stationner la moto très (trop ?) droite dans une position d'équilibre un peu précaire. Le RX125R ne dispose pas d'un agaçant système de rappel automatique mais il est curieusement impossible de laisser tourner le moteur béquille dépliée, même au point mort. Un coupe-contact intervenant lorsqu'un rapport est engagé aurait été bien plus judicieux car il permettrait de faire chauffer calmement le moteur le matin.

En parlant de boulot-dodo, au menu des 35 km qui me séparent de la rédaction de motor-infos.com : 8 km de ville et 27 km de voies rapides limitées à 70, 90 et 110 km/h. Héritant de la partie-cycle du roadster, la sportive MH est alerte en ville. La disponibilité du moteur et la rapidité de la boîte permet d'y évoluer calmement ou rapidement suivant votre humeur. Précise et bonne freineuse, elle permet des excentricités à faire rougir un supermotard. Au bout de quelques jours, on oublie l'exclusivité de la position de conduite pour savourer une efficacité globale insoupçonnée. Certes, elle ne possède aucun aspect pratique mais le plaisir (oui, oui ...) qu'elle distille m'a fait oublier mon scooter.

Au moment de s'insérer sur les voies rapides, un coup d'œil dans les rétroviseurs achèvera de vous convaincre de ne pas négliger un contrôle direct approfondi. En effet, petits et insuffisamment écartés, ils obligent à d'inconfortables contorsions pour y déceler autre chose que vos coudes. En remontant les files, la RX-R confirme les impressions urbaines et compense la limitation du champ de vision imposé par la position "hypersport" par une réactivité immédiate. En y ajoutant la tenue de route impériale sur le bitume lisse de l'A86 Sud, les kilomètres défilent en jouant à saute-scooter. La finesse de la MH facilite le passage entre les voitures et le son de l'échappement aide les automobilistes à anticiper votre arrivée sans leurs vriller les tympans.

Lorsque les voies se dégagent, les 12,2 N.m et 15 ch annoncés à 8 000 tr/min et 9 000 tr/min respectivement semblent vraiment au rendez-vous. En jouant de la boîte judicieusement pour rester au-dessus de 7 000 tr/min, vous renvoyez les meilleurs élèves de la classe scooter-GT 125 à leurs études "sportives". A l'issue d'un rodage attentif, le monocylindre 4 soupapes et double ACT tient ses promesses en avalant les côtes avec bonne volonté. Avaler les faux-plats à 105 voire 110 km/h vous mettra en appétit avant de lui lâcher la bride jusqu'à près de 125 km/h. A ce régime, vous n'êtes pas encore rentré dans la zone rouge.

Cerise sur la gâteau, elle est bien plus fourmi que cigale. Consommant en moyenne moins de 3,2 l/100 km, elle vous épargnera les fréquents passage à la pompe. Mais, pour conserver un plaisir sans faille dans la durée, il faudra penser à veiller au niveau d'huile moteur et à la tension de la chaîne tous les 500 km. Avec seulement 1 l d'huile, il aurait été utile que les techniciens de MH pense à faciliter le contrôle et l'appoint éventuel. Bilan : en composant avec l'ergonomie sportive, en restant raisonnable et respectueux de la mécanique, la RX125R sera une compagne tout à fait agréable au quotidien.



X-treme Games à l'espagnole



Mais il serait bien dommage de la cantonner à un registre utilitaire. Comme la Derbi GPR 4T et la Yamaha YZF-R, la RX-R peut avoir de réelles prétentions sportives. Elle relègue les contingences utilitaires au second plan pour se focaliser sur l'efficacité, le plaisir et le fun. Bref, très loin d'être une sportive au rabais, elle ne demande qu'un terrain de jeu à sa mesure pour prouver que ses 125 cm3 sont une vraie porte ouverte sur l'univers des motos hypersport.

Premier environnement de choix, les routes torturées et bien revêtues. La conception judicieuse de la MH se révèle à l'assaut des virages. Légère, correctement suspendue et efficacement freinée, elle se place naturellement en entrée de courbe avant d'aller chercher le point de corde du regard puis de soigner la vitesse de passage pour aborder le virage suivant. L'angle de chasse typé route associé au déplacement du poids du corps sur l'avant rend son train avant un peu moins incisif que celui de ses rivales. Ce qu'elle contre-balance par un empattement court (1330 mm) pour offrir un compromis maniabilité-vivacité convaincant.

Stable sur l'angle, elle incite à adopter une attitude véritablement sportive et dans les enchaînements serrés, elle peut surprendre des motos de grosse cylindrée. Si sa rigueur et son aptitude à rester soudée à la trajectoire anticipée par le regard n'en font pas une machine idéale pour débuter, sa légèreté la rend intuitive pour les pilotes plus aguerris. Face à des modèles plus puissants, elle reprendra ce qu'elle a perdu en ligne droite au moment du freinage, qu'il devient alors jouissif de retarder au maximum.

Mais la route n'est sans doute pas le lieu idéal pour repousser les limites. Alors, soyez raisonnables... Succombez à l'appel de la piste ! Le choix du tracé est primordial. En passant en revue les petits circuits de France et de Navarre, nous avons finalement opté pour celui de Karting45. Comme son nom l'indique, il est avant tout destiné aux karts rapides. Mais il est également homologué pour les motos 125 cm3. Enchaînant courbes, parabolique et épingles entre-coupées de courtes lignes droites, il est idéal pour ressentir le frisson de la piste sans subir les limites inhérentes à la cylindrée. Confirmant le bilan sportif établi sur route, la sportive MH achève de rassurer sur le potentiel de son châssis et de convaincre par sa disponibilité moteur, même s'il est sensiblement plus rugueux dans ses prestations que son équivalent Yamaha alimenté par injection électronique.

Elle se montre aussi un peu moins facile que la Derbi GPR 4T et demande un temps de prise en main légèrement supérieur. Son ergonomie ne plaira pas à tous, certains lui préférant celle de la Yamaha YZF-R, plus conforme aux standards habituels de la catégorie mais finalement pas moins exigeante au fil de sessions. La RX125R se détache une fois encore par une approche qui semble plus "européenne" : elle est plus Ducati que Honda.



MH RX 125 R - l'évaluation
N.B. : la notation est établie en fonction de la catégorie de la machine.

Points forts
- vivacité
- précision
- potentiel plaisir

Points faibles
- ergonomie sans aucune concession
- coupe-contact de béquille agaçant
- rétroviseurs décoratifs
- contrôle mécaniques de base

Présentation
Design : 8 / 10
Assemblage : 7 / 10
Matériaux : 8 / 10
Equipements : 7 / 10

Moteur
Puissance : 9 / 10
Couple : 9 / 10
Souplesse : 8 / 10
Régularité : 8 / 10
Consommation : 9 / 10

Boîte de vitesse
Verrouillage : 9 / 10
Etagement : 7 / 10
Précision : 9 /10
Rapidité : 9 /10

Embrayage
Douceur : 9 / 10
Précision : 9 / 10
Progressivité : 9 / 10

Partie-cycle
Rigidité : 10 / 10
Précision : 10 / 10
Maniabilité : 8 / 10
Vivacité : 8 / 10

Suspensions
Petits chocs : 8 / 10
Gros chocs : 8 / 10
Accord AV-AR : 9 / 10

Freins
Mordant : 8 / 10
Puissance : 10 / 10
Agrément : 8 / 10

Equipement
Commandes : 7 / 10
Instrumentation : 7 / 10
Protection : 7 / 10
Aspects pratiques : 5 / 10

Ergonomie
Position : 8 / 10
Selle : 8 / 10
Passager : 5 / 10

Prix
Rapport Q/P : 9 /10

Note finale : 7,9 / 10


Conclusion
A l'issue de ce test approfondi, la MH RX125R surprend par son aptitude à égayer les trajets quotidiens, faisant oublier son exclusivité toute sportive par sa vivacité et son moteur réjouissants dans le trafic. Moins bien finie que sa concurrente japonaise directe, elle est pourtant plus proche des sportives de cylindrée supérieure par son ergonomie sans concession et son comportement routier. Elle possède une personnalité à part et son tarif est parfaitement justifié par ses prestations convaincantes. Sans doute trop exigeante pour débuter, elle possède en revanche de sérieux atouts pour séduire celles et ceux qui souhaite rouler en sportive sans passer le permis et sans rien concéder à leur goût pour l'originalité. Il ne lui manque plus qu'un réseau de distribution à la hauteur de son potentiel pour trouver la place qu'elle mérite sur le marché français.

http://www.moto-infos.com/dossier-1348-mh-rx-125-r-mettez-vous-au-sport.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.